N comme Nde

Si les expériences de NDE (Near Death Experience ou expérience de mort imminente) démontrent que la conscience continue pendant un arrêt du fonctionnement du cerveau, cela démontre aussi que ce que nous sommes, la conscience infinie utilise le cerveau et notre corps physique comme interface avec cette dimension matérielle.

NDE : Expérience de mort imminente

NDE : Expérience de mort imminente

Imaginons un instant que nous soyons une conscience vibrant à une certaine fréquence. Notre conscience est reliée à notre corps physique qui, par l’intermédiaire des sens lui renvoi des informations.
En réalité, comme il n’y a qu’une seule conscience et que nous sommes un, c’est la mémoire de notre corps qui nous donne l’illusion de la personne et qui permet le système d’identification a cette personne.

L’éveil est une dés-identification à la personne.
Les expériences de morts imminentes amènent aux mêmes prises de conscience que les méditations profondes : nous sommes une conscience d‘amour infinie.

Finalement, si on veut être vraiment objectif, personne n’a jamais démontré que la conscience se situait dans le cerveau. Qu’est ce que cela a de si extraordinaire d’accepter que le cerveau est juste un récepteur ?
Pourquoi est ce si dur de faire table rase, de faire comme si nous ne connaissions rien ?

Pouvons nous imaginer qu’il n’y a qu’une seule conscience qui vit a travers de nombreux corps, que ces corps physique possèdent des sens qui ont pour fonction d’agir localement à travers nous ?
C’est comme si nous étions les cellules d’un seul et même organisme, d’une seule et même conscience qui aurait plusieurs corps.
En réalité, cela n’a rien de si extraordinaire d’imaginer que nous sommes littéralement une seule et même conscience.

Évidement, cela demande une ouverture d’esprit, de la sensibilité et du recul face à nos croyances.
Le fait que des personnes enregistrent, mémorisent et continuent à être conscient, alors que leur corps et leur cerveau ne sont plus disponible, démontre : soit qu’il existe un cerveau virtuel hors du cerveau physique, soit qu’il existe une délocalisation des fonctions du cerveau. Dans les deux cas, il devient évident que la conscience ne se situe pas dans la boite crânienne.

Kundun, aout 2013

 

Toi et Moi

Un jour,
Je suis sorti de toi,
C’était la vie, c’était l’aventure, c’était la découverte,
Tous ces autres moi,
On a bien rigolé.

Et tout le temps, toi,
Tu me souriais.
Et à chaque instant,
On était bien là, tous les deux,
Ensemble, présent.

Et quand je souriais, tu me souriais.
Et quand je pleurais, tu pleurais.
Et quand je souffrais, tu souffrais aussi.

Quand tu exprimais l’amour, je devenais amour,
Quand tu exprimais la guerre, je devenais la guerre.
Quand tu jouais, je devenais le jeu.
Puis un jour, ils ont fait la paix.

On a voyagé,
On a travaillé,

On a construit,
On s’est enrichi.

On a développé,
On s’ est amusé.

On a beaucoup ri,
Un peu pleuré aussi.

Tu m’as envoyé ce regard,
Qui m’as fait chaviré,
Tu m’as envoyé ce toucher,
Tout mon corps a tremblé.

A chaque fois, c’était toi.
Tes musiques, j’ai écouté,
Tes poèmes, j’ai entendu
Tes textes, tu m’as expliqué !
Des anges, tu m’as expédiés,
Avec des archanges, on a dîner.
Des maîtres ascensionnés, on a visité.
Chaque fois, c’était toi,
A chaque fois, encore et toujours toi.

Cet amour, ce voyage, cette rencontre inattendue,
Ce n’était pas lui,
C’était toi
Cette coïncidence, ce hasard, ce sourire,
C’était toi,
Cette émotion, cet éclat de rire,
C’était encore toi.
Ce livre, ce film, ce baiser, ce câlin, ce tremblement, cette caresse,
C’était toi.

Cette méditation, ce cri, ce paysage, cette rencontre,
C’était toi.

Ce plat, ce tableau, cette sculpture, cette volupté,
C’était toi, encore et toujours toi.

Toi qui a toujours tout organisé,
Toi qui a toujours tout préparé,
toi qui a toujours tout synchronisé,
Toi qui a toujours fait
Comme pour toi.

C’est marrant, mais c’est seulement maintenant.
que j’ai disparu,

C’est fou mais c’est seulement maintenant
Que je suis présent,

C’est terrible, mais c’est seulement Maintenant
Que je n’existe plus,

C’est dingue, mais c’est seulement maintenant,
Que je comprends.

Ma vie,
N’était pas ma vie,
Car je n’étais pas en vie.

Ma vie,
N’était pas la vie,
Il n’y avait pas de vie
Ma vie n’était pas la vie,
Car il n’y avait personne.

Ma vie n’était pas la vie,
Il n’y avait qu’un robot,

La vie n’était pas ma vie,
Il n’y avait qu’un automate,

Qui pensait vivre sa vie.
Qui pensait ‘être’,
Un homme.

Puis un jour,
Ma mort,

Puis un jour,
Petit à petit,

Puis un jour
J’ai senti,

Que cette vie,
C’était ta vie.

Maintenant, seulement maintenant,
Que je n’existe plus,
Je comprends,
Il n’y a pas de moi,

Maintenant, seulement maintenant,
Je comprends,
Il n’y en jamais eu.

Maintenant, seulement maintenant,
Je comprends
il ne peut pas y en avoir.

Maintenant, seulement maintenant,
Qu’il n’y a plus de moi,

Maintenant, seulement maintenant,
Qu’il n’y a plus que toi,

Maintenant, seulement maintenant
Qu’il n y a plus que notre présence,

Maintenant, et seulement maintenant,
A cet instant.
Nous savons,
Toi et moi,
Lui et elle,

Maintenant, et seulement maintenant,
Tous en vérité,
Nous savons,
Au fond de nous,

Que l’univers,
Que le vide,
Et que ce tout,

C’est nous.

Poème de Kundun 6 janvier 2013

Coincidence

Hey baby,
There is no coincidence at all,
There is only law of cause and effects,
There is only signs,
There is only help.
Can’t you see?
When i am talking to you?
Can’t you see?

When i am seeing you?
Please,
Listen to me,
When through your experiences,
I am teaching you.
Yes,
At school you are,
Yes,
Tested you are,
Any second of your life.
The thoughts you choose,
The ideas you make yours,
The action you do.
Your response,
To my questions.
Everyday,
Every hour,

Every minute,
You project your consciousness,
In this world,
Then thoughts, ideas are reflecting to
You.
Dissolve your ego,
Dissolve the person you are not,
And listen to me.
Always with you,
I am,
Everywhere,
All the time.
The presence I am.
You can feel me,
Listen to me,
Come in the moment,
I am the presence,
I am the ‘now’, here.
Don’t follow the mind.
Come here, now.
Take a deep breath,
Make a pause,
Stay in the heart,
Stay in the love,
Be the feeling,
Be here,
Be now,
Be,
Me.

Poem by Kundun jan 2013

Bottle in the sea.

Hey you!
Come, come here,
Don’t be shy,
Please, read this text,
And imagine,
That you, in another space and time,
Have writen this poem.
Imagine, that this text,
Is a mirror,
Of what you really are.
Imagine,

That there is only you,
Imagine, You, as an infinite consciousness.
How could you see you?
How could you feel you,
How could you touch you?
If there is no separated you?
How an eye can see itself ?

So, you created this world,

You created duality,
You created,

All these people,

All these flowers,

All these minerals,
To know you.

You decided to live inside them,
Inside their hearts,
Inside the love.
You decided to experience yourself,
To understand,
What you really are.

Yes, it is you,
Which has created this text,
To initiate you,
To enlight you,
To tell you,
To remember you,
What you really are:
An infinite love, an infinite consciousness,
Living,
In 7 billions of humans.

Living,

In everything.

Cause deeply inside you,
You know,
Your mind,

You are not,
Your body,

You are not.
What you are,

Is you:
This love, this peace, this joy,

Is you.
You are,

The presence.

Please,
Understand,
Me,
So you will understand,
You.

Poème par / Poem by Kundun jan 2013

Eclairage

Lorsque notre conscience,
La loi de cause à effet illumine,
Alors,
Les chemins des possibles,
S’illuminent.

Lorsque,
Comme un projecteur,
Notre conscience illumine.
Alors,
L’intuition devient
clairvoyance.
Alors,
L’imagination devient communication,
Alors,
Progressivement, les effets des causes se révèlent.

Quand, les chemins s’illuminent,
Alors,
il n’y a,
Plus qu’à choisir.

Que de chemins, que de destins.

Tous,
Sont les effets des causes que nous choisissons.

Car les pensées, car les idées,
Ne sont que les effets d’autres pensées, d’autres idées.

Chaque idée, chaque pensée, chaque mot est un chemin qui nous a amené, la où nous sommes,
Maintenant.

Choisissons bien,
Les chemins que nous prenons.

Choisissons bien,
Les mots que nous prenons.

Certain unifient, d’autres séparent.

C’est la conscience que nous sommes, qui choisit.
C’est la conscience que nous sommes, qui libère.

Elles seule peut aimer,
Elle seule peut vivre.

Finalement,
Il suffit d’être,
Ce que nous sommes.
Le cœur, pas l’ego,
En sommes.

Il suffit d’être,

Dans l’instant,
Dans ce moment présent,

Ici et maintenant.
Il suffit de choisir le point de vue du divin,
Non duel, unificateur, amoureux.

Il suffit de dissoudre l’illusion de la personne.

Il suffit de mourir,
Pour renaître,
Plus grand, plus beau, plus juste.
Moins endormi.

Il suffit d’être dans la présence,
Pour laisser vivre,
La vie.

Il suffit d’être,
Tout simplement d’être,
L’être,
Qui à travers nous,
Se vit.

Poème de Kundun / Poem by Kundun jan. 2013

M comme Mots, C comme Concepts

Des mots et des concepts

des mots et des concepts

des mots et des concepts

Pour bien définir ce qu’est un concept, prenons comme exemple le mot ‘autre’ :

L’univers que nous co-créons à cette faculté merveilleuse de nous mettre en contact avec ce que nous appelons les ‘autres’.

Ainsi nous pouvons constater comment les mots transforment la réalité et nous induisent en erreur : la véritable signification du mot autre est : ‘autre moi’.

Lorsqu’on commence à s’éveiller un peu, on finit par comprendre qu’ il n’y a jamais eu d' »autres » : il n’y a qu’une seule conscience infinie projetée et matérialisée dans le monde que nous connaissons.
Si nous pouvions transformer la fausse signification des mots, nous pourrions modifier notre façon de comprendre les pensées que nous recevons.

Autre exemple : il est totalement aberrant de dire ‘je pense’ car en réalité, personne ne pense. Une conscience vie à travers nous, une présence existe, quelque chose est observateur des pensées qui passent. On pourrait plutôt dire ´des pensées sont reçues’ plutôt que ‘je pense’.

« La connaissance des mots amène à la connaissance des choses » disait Platon. La méconnaissance des mots amène à des raisonnements erronés.
La difficulté est de réaliser que nous utilisons des concepts erronés.
Nous pouvons ainsi être très intelligent, avoir un mental très développé, avoir des raisonnements valable et juste logiquement, mais basés sur des idées fausses.
Par exemple le ‘je pense donc je suis’ de Descartes nous a plongé dans une obscurité bien occidentale pendant des siècles. En réalité quelque chose perçoit des pensées, mais nous ne sommes pas elle. Si Descartes avait pu méditer, il se serait aperçu que nous continuons à être sans penser, que même si le ´donc ´est logique, il est basé sur un postulat faux, le fameux  « je pense ».
Il serait plus juste de dire ‘je ne pense plus, donc je suis.´ car moins nous sommes victimes des pensées, et moins nous nous identifions à elle, plus nous pouvons « être » véritablement.
Oui, la logique de Descartes est tout à fait juste, ce qui est faux, c’est le postulat ‘je pense.’
Il est temps, en ce début de XXI siècle, à l’heure de la fusion entre l’est et l’ouest, de remettre les choses en perspective. A l’heure de l’internet, la connaissance concernant Shaktipat, la kundalini, la méditation, la non dualité sont accessibles et surtout expérimentable par chacun.

Redéfinissons les mots, les concepts afin de percevoir la réalité telle qu’elle est, et non pas au travers de mots mal définis, mal utilisés.

Nous pourrions par exemple commencer par redéfinir les mots et les concepts afin de nous poser les vrais questions.

Pourquoi l’étude de la philosophie a t-elle une place si faible dans les écoles ?
Pourquoi les mathématiques, qui ne développe que le mental sont si envahissantes ?
« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » disait un philosophe, et pourtant, par méconnaissance, de nombreux pays programment leur habitants avec des connaissance erronées, créant un déséquilibre cerveau gauche / cerveau droit.
Cela à pour conséquence un déficit de créativité,  la création d’un monde égotique basé sur le mental, des gens malheureux, dans l’illusion de la séparation.

Nos pays occidentaux sont les principaux producteur de robots qui ne savent ni qui ils sont, ni pourquoi ils sont la. Évidemment, nous sommes programmés pour consommer, pas pour réfléchir.

Quel est le résultat ? Allumez la télévision, vous verrez.

A l’échelle planétaire, pendant des siècles, l’ignorance et une mauvaise compréhension des mots s’est diffusée un virus.
Par exemple, les personnes utilisent en France le mot aimer à la fois pour les personnes et les pommes de terre frite. On ‘aime’.
Dans la langue anglaise, il y a un peu plus de subtilité, il y a « I love » et « I like ».

En réalité le concept derrière le mot aimer, c’est plutôt ´je reconnais que tu es moi’. Car c’est cela l’amour, c’est ressentir et comprendre le un que nous sommes. Bien évidement, il faut aussi faire la distinction entre l’amour du cœur et l’attachement de l’ego (Qui n’est pas de l’amour).

On pourrait dans ce cas réutiliser, pour être plus précis le mot ‘Agapè’ du grec et utiliser le mot ‘ego-amour’, pour exprimer un attachement de la personne vers un objet ou une autre personne. (Utilisable pour les objets comme pour les personnes) , on y verrait plus clair !

Il y a dans une partie de l’Asie, de l’Inde, en Amérique du sud, une culture du cœur, du cerveau droit qui permet plus facilement cet équilibre.
Voyageons, visitons, vivons en leur présence et sentons cette joie, cet accueil, cette lumière que l’occident a perdue.
L’est éveillera le cœur de l’ouest pendant que l’ouest éveillera le mental de l’est.
A la fin, tout sera unifié, éveillé, équilibré ou tout disparaîtra.

Kundun, Janvier 2013

Ce n’est pas moi qui t’aime

Ce n’est pas moi qui t’aime
C’est dieu qui t’aime a travers moi
Et ce n’est pas toi qui m’aime
C’est dieu qui m’aime a travers toi

Laissons le s’exprimer,
Laissons le nous aimer,
Au delà des égos,
Au delà des personnes que nous ne sommes pas.
Entrons dans la présence,
Dans cet amour infini,
Qui toujours uni.
Entrons dans la présence,
Dans la conscience infini,
Qui a travers nous
Se vit.
Devenons l’amour,
Devenons ce moment,
Devenons,
Lui
Devenons,
Elle
Devenons,
Nous

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Sons de l’âme, chant du cœur

Au commencement était le Verbe…

Carol Salter vous propose un mercredi sur deux de 17h00 à 19h00, Un atelier du son qui a du sens, au Centre Infinite Love, Paris 11ème, près du Métro Voltaire.

son de l'âme, Chant du coeur par Carol Salter

son de l’âme, Chant du coeur par Carol Salter

Depuis la nuit des temps les chants et les sons ont été utilisés dans les sphères du sacré et de la guérison. Cette science s’est perdue à travers les âges alors qu’elle recèle une richesse et une efficacité inestimables.

Pourquoi ?

Ces ateliers vous permettent de :

  • Redécouvrir la richesse vibratoire de votre son.
  • Vous réapproprier un fantastique outil de libération et d’éveil spirituel.
  • Vous ouvrir à l’expression spontanée de votre âme à travers le chant du cœur.
  • Découvrir et pratiquer des chants vibratoires et chants sacrés.
  • Apprendre à écouter et à vous harmoniser avec l’autre.

Pour qui ?

Chanteurs, non-chanteurs, guérisseurs, amateurs, murmureurs et en-chanteurs de 7 à 77 ans, en quête de sons et de sens, pèlerins d’une vie en-chantée…
Aucune connaissance musicale n’est requise.

Données Pratiques :

Participation, Tarif : Libre
Atelier animé
par Carol Salter
Date le : Mercredi 6 et 20 Mars, Mercredi 3 et 17 Avril, Mercredi 1er, 15 et 29 Mai 2013 et un mercredi sur deux de 17h à 19H00
Lieux : Centre Infinite Love, 37 citée industrielle, 75011 Paris
Réservation au +33 (0)7 62 86 15 97 ou par notre formulaire de contact ci-dessous

[contact-field label="Nom Prénom" type="name" required="1"/]

La vie

Comme les plantes se tournent vers la lumière,
Comme les fleurs éclosent au printemps,
Nous,
Humain,
Nous tournons vers dieu,
Nous, humain,
Nous tournons vers la lumière,
Nous humain,
Nous tournons vers l’amour,
Nous humain,
Nous tournons vers la joie,
Nous humain,
Nous tournons vers la paix,

Car nous humain,
Oui nous, humain,
Sommes dans le jardin de dieu.
Et oui, nous, humain,
Grandissons, encore et toujours,
Et oui, nous humain,
Évoluons, encore et toujours.

De plus en plus haut,
Oui nous, humain, finissons
par éclore,
Oui nous humain, finissons
par fleurir
Oui, nous humain, finissons
par nous ouvrir,
Le cœur.

Et c’est ce cœur, qui pour nous,
oui, nous humain,
Donne les fruits de la vie.
Donne les fruits,
Du divin.

Car ces fruits, sont nos œuvres,
Car ces fruits sont nos créations,
Car ces fruits sont nos enfants,
Car ces fruits sont la vie,
Qui toujours,
A travers nous,
Se vit.

Car oui,
Nous humain,
Sommes la vie,
Qui a travers nous,
Se reproduit.

Poème de Kundun / Poem by Kundun jan 2013

Toi et moi

Un jour,
Je suis sorti de toi,
C’était la vie, c’était l’aventure, c’était la découverte,
Tous ces autres moi,
On a bien rigolé.

Et tout le temps, toi,
Tu me souriais.
Et a chaque instant,
On était bien là,tous les deux,
Ensemble, présent.

Et quand je souriais, tu me souriais.
Et quand je pleurais, tu pleurais.
Et quand je soufrais, tu souffrais aussi.

Quand tu exprimais l’amour, je devenais amour,
Quand tu exprimais la guerre, je devenais la guerre.
Quand tu jouais, je devenais le jeu.
Puis un jour,  ils ont fait la paix.

On a voyagé,
On a travaillé,

On a construit,
On s’est enrichi.

On a développé,
On s’ est amusé.

On a beaucoup rit,
On a un peut pleuré aussi.

Tu m’as envoyé ce regard,
Qui m’as fait chaviré,
tu m’as envoyé ce toucher,
Tout mon corps a tremblé.

A chaque fois, c’était toi.
Tes musiques, j’ai écouté,
Tes poèmes, j’ai entendu
Tes textes, tu m’as expliqué !
Des  anges, tu m’as expédiés,
Avec des archanges, on a dîné.
Des maîtres ascensionnés, on a visité.
A chaque fois, c’était toi,
A chaque fois, encore et toujours toi.

Cet amour, ce voyage, cette rencontre inattendue,
Ce n’était pas lui,
C’était toi
Cette coïncidence, ce hasard, ce sourire,
C’était toi,
Cette émotion, cet éclat de rire,
C’était encore toi.
Ce livre, ce film, ce baiser, ce câlin, ce tremblement, cette caresse,
C’était toi.

Cette méditation, ce cri, ce paysage, cette rencontre,
C’était toi.

Ce plat, ce tableau, cette sculpture, cette volupté,
C’était toi, encore et toujours toi.

Toi qui a toujours tout organisé,
Toi qui toujours tout préparé,
toi qui a toujours tout synchronisé,
Toi qui a toujours fait
Comme pour toi.

C’est marrant, mais c’est seulement maintenant.
que j’ai disparu,

C’est fou mais c’est seulement maintenant
que je suis présent,

C’est terrible, mais c’est seulement maintenant
Que je n’existe plus,

C’est dingue, mais c’est seulement maintenant,
Que je comprends.

Ma vie,
N’était pas ma vie,
Car je n’étais pas en vie.

Ma vie,
N’était pas la vie,
Il n’y avait pas de vie
Ma vie n’était pas la vie,
Car il n’y avait personne.

Ma vie n’était pas la vie,
Il n’y avait qu’un robot,

La vie n’était pas ma vie,
Il n’y avait qu’un automate,

Qui pensait vivre sa vie.
Qui pensait ‘être’,
Un homme.

Puis un jour,
Mourir,

Puis un jour,
Petit à petit,

Puis un jour
j’ai senti,

Que cette vie,
C’était ta vie.

Maintenant, seulement maintenant,
Que je n’existe plus,
Je comprends,
Il n’y a pas de moi,

Maintenant, seulement maintenant,
Je comprends,
il n’y en jamais eu.

Maintenant, seulement maintenant,
Je comprends
il ne peut pas y en avoir.

Maintenant, seulement maintenant,
qu’il n’y a plus de moi,

Maintenant, seulement maintenant,
qu’il n’y a plus que toi,

Maintenant, seulement maintenant
Qu’ il n y a plus que notre présence,

Maintenant, et seulement maintenant,
A cet instant.
Nous savons,
Toi et moi,
lui et elle,

Maintenant, et seulement maintenant,
Tous en vérité,
Nous savons,
Au fond de nous,

Que l’univers,
Que le vide,
Et que le tout,

C’est nous.

Poème de Kundun / Poem by Kundun  06 jan 2013

Je n’ai pas peur,

Je n’ai pas peur,
De t’aimer,
Je n’ai pas peur,
De tomber amoureux,
Je n’ai pas peur,
D’être,
Ce que je suis,
Une conscience d’amour,

Infini.
Sensible, vulnérable, réceptive,
Mais aussi forte, puissante, vivante.
Je n’ai pas peur,
Du futur, du passé.
Car je suis,

Le présent,
Avec toi, maintenant,
Toi qui lit ces lignes,
Toi qui est moi,
Ne le sais tu pas ?
Comme une bouteille à la mer,
Un poème n’a pas peur,
D’éveiller, d’aimer, d’être.
Je suis ce poème,
Et je suis toi,
Ne le vois tu pas ?
Je suis ce poème,
Et je suis la conscience,
Qui à travers toi,
Se lit,
Qui à travers toi,
Se vit.
Pourquoi ?
Et pourquoi pas,
Exister, pour découvrir,
Ce que nous sommes.
Et pourquoi pas,
Être, pour vivre,
L’amour, la vie.
Car seul l’amour vit,
Pendant que la personne survit.
Seul l’amour uni,
Pendant que la personne désuni.
Je n’ai pas peur,
De te dire,
Que tu peux vivre,
Comme moi, comme nous,
La plus belle vie,
Que tu puisses imaginer.
Imagine la, et vis la.
Viens !
Je t’aime
Je t’aime
Je t’aime
Je te connais,
Car moi,
Tu es.

Poème de Kundun / Poem by Kundun jan 2013

Sons de l’âme, chant du cœur

Au commencement était le Verbe…

Carol Salter vous propose le mercedi 20 Février 2013 de 17h00 à 19h00, Un atelier du son qui a du sens, au Centre Infinite Love, Paris 11ème, près du Métro Voltaire.

Son de l'âme, Chant du coeur par Carol Salter

Son de l’âme, Chant du coeur par Carol Salter

Depuis la nuit des temps les chants et les sons ont été utilisés dans les sphères du sacré et de la guérison. Cette science s’est perdue à travers les âges alors qu’elle recèle une richesse et une efficacité inestimables.

Pourquoi ?

Ces ateliers vous permettent de :

  • Redécouvrir la richesse vibratoire de votre son.
  • Vous réapproprier un fantastique outil de libération et d’éveil spirituel.
  • Vous ouvrir à l’expression spontanée de votre âme à travers le chant du cœur.
  • Découvrir et pratiquer des chants vibratoires et chants sacrés.
  • Apprendre à écouter et à vous harmoniser avec l’autre.

Pour qui ?

Chanteurs, non-chanteurs, guérisseurs, amateurs, murmureurs et en-chanteurs de 7 à 77 ans, en quête de sons et de sens, pèlerins d’une vie en-chantée…
Aucune connaissance musicale n’est requise.

Données Pratiques :

Participation, Tarif : Libre
Atelier animé
par Carol Salter
Date le : Mercredi 20 février et un mercredi sur deux de 17h à 19H00
Lieux : Centre Infinite Love, 37 citée industrielle, 75011 Paris
Réservation au +33 (0)7 62 86 15 97 ou par notre formulaire de contact ci-dessous

[contact-field label="Nom Prénom" type="name" required="1"/]

Sons de l’âme, chant du cœur

Au commencement était le Verbe…

Carol Salter vous propose le mercedi 6 Février 2013 de 17h00 à 19h00, Un atelier du son qui a du sens, au Centre Infinite Love, Paris 11ème, près du Métro Voltaire.

son de l'âme, Chant du coeur par Carol Salter

son de l’âme, Chant du coeur par Carol Salter

Depuis la nuit des temps les chants et les sons ont été utilisés dans les sphères du sacré et de la guérison. Cette science s’est perdue à travers les âges alors qu’elle recèle une richesse et une efficacité inestimables.

Pourquoi ?

Ces ateliers vous permettent de :

  • Redécouvrir la richesse vibratoire de votre son.
  • Vous réapproprier un fantastique outil de libération et d’éveil spirituel.
  • Vous ouvrir à l’expression spontanée de votre âme à travers le chant du cœur.
  • Découvrir et pratiquer des chants vibratoires et chants sacrés.
  • Apprendre à écouter et à vous harmoniser avec l’autre.

Pour qui ?

Chanteurs, non-chanteurs, guérisseurs, amateurs, murmureurs et en-chanteurs de 7 à 77 ans, en quête de sons et de sens, pèlerins d’une vie en-chantée…
Aucune connaissance musicale n’est requise.

Données Pratiques :

Participation, Tarif : Libre
Atelier animé
par Carol Salter
Date le : Mercredi 6 février et un mercredi sur deux de 17h à 19H00
Lieux : Centre Infinite Love, 37 citée industrielle, 75011 Paris
Réservation au +33 (0)7 62 86 15 97 ou par notre formulaire de contact ci-dessous

[contact-field label="Nom Prénom" type="name" required="1"/]

Je t’aime à l’infini

L’amour est révélé par notre capacité à comprendre que l’autre est nous.

Carte postale, Je t'aime à L'infini, 2012

Carte postale, Je t’aime à L’infini, 2012

Grâce au lien d’amour, nous pouvons ressentir que les autres sont littéralement ‘nous’. Alors, des liens invisibles puis visibles se révèlent : une reconnaissance s’effectuent.

Initialement, l’autre est déjà un autre ‘nous-même’ et plus nous découvrons de similitudes, plus nous percevons ce lien sous-jacent d’amour, qui en réalité, à toujours été présent.

L’amour est cette reconnaissance que l’autre ‘est’ nous.

Sous l’illusion de l’ego, sous cette fausse identification se trouve ce que nous sommes réellement, à savoir  une conscience d’amour infini, une intelligence de vie beaucoup plus vaste que la personne que nous croyons ou que nous avons cru être.

Nous pouvons ressentir cela car notre véritable nature est une sorte de grand tout, uni, connecté, indivisible, unifié. En réalité, nous sommes un, il n’y a pas de séparation.

Plus on s’éveille, plus notre niveau de conscience grandit, alors cette capacité de projection devient de plus en plus grande jusqu’à l’infini, alors dans chaque personne et dans chaque chose nous nous reconnaissons. C’est comme si chaque être, chaque chose était un miroir réfléchissant d’autres aspects de ce que nous sommes.

On s’aperçoit alors que le processus d’éveil est similaire à celui de la lumière : plus on s’illumine, plus notre conscience éclaire, comme une lampe qui serait de plus en plus puissante. En fait, de plus en plus de lumière passe à travers nous. La personne se dissous, et la vie peut alors s’exprimer librement, naturellement.

Citation :

‘Heureux les fêlés, car ils laissent passer la lumière !’.

Et c’est cette projection de lumière sur les autres, sur les choses qui révèle ce lien d’amour.

Ainsi,  tout doucement, nous tombons amoureux, de toute personne et de toute chose.
Ainsi, tout doucement, grâce à l’amour, nous nous éveillons.

L’univers est alors reconnu par nous comme un paradis, constitué de nous, pour nous.
Nous n’existons plus en tant que personne, mais plutôt en tant que cellule d’un grand tout. Laissant passer un flux divin, nous  devenons libre.
Libre d’être ce que nous sommes réellement, libre d’expérimenter la matière, de laisser cette énergie de vie vivre à travers nous, tout simplement, dans la présence, en conscience.

Avec des lois de plus en plus complexe, cet univers vit, se découvre, s’étend, s’organise, et s’expérimente sans cesse à travers lui, à travers nous, à travers la nature, à travers chaque cellule de son corps.

Il est nous, et nous sommes lui,
Il est la vie, et la vie est nous.

Nous,
Sommes.

Kundun, octobre 2012

Christmas

Oh baby
It’s Christmas

Any material gift
I could offer you
Any typical gift
I could offer you

But today
Yes today
The most important gift
In this world, and the others
I will offer you:

Oh baby
With this poem
In this moment
Before God, and before the Angels
My heart
I offer to you
My infinite love
I share with you

Come
Come with me
Into the light of our merging bodies

Come
Come with me
Discover the space of this new universe

Our love, this power
Is the most precious gift
In the whole universe

Because
With this power
Because
With this love
Anything
Becomes possible

Because
With this power
Because
With this love
Every dream
Becomes true

Because
With this power
Because
With this love
What we really are
We can discover

Because
With this power
Because
With this love
The whole universe
Was created

Because
This infinite power
Because
This infinite love
Is
The power
Is
The love
Of
God

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Imagine

Imagine,

7 billions of people enlightened,
Living together,
Loving each other,
Creating each other,
Creating the new world,
Of happiness,
Of consciousness.
Come with us brothers,
Come with us sisters,
Join our movement of life,
Join our movement of love,
Imagine,
Millions of enlightened beings,
Working together,
Millions of Mozart,
Millions of Leonard da Vinci,
Millions of Einstein,
Millions of Ramana Maharshi,
Creating,
Not only the new world on earth,
But a new whole universe,
Of genius,
Of living gods,
Exploring new forms of life,
Understanding new forms of knowledge,
Create new technologies,
Create new sciences,
Create new economy,
Create new arts,
Create new gods.
Come on
Come on, baby,
Come with us.
Let’s create our destiny,
Let’s create the present.
Let’s be,
What we really are.
Let’s be,
The love,
Let’s be
The light,
Let’s be
The life.

And
Let’s,

Be

Poem by Kundun/ Poème de Kundun

Salon Zen 2012

Retrouvez Infinite Love sur le salon zen du 4 au 8 Octobre 2012, Espace Champerret, Paris 17è, Stands N3, G8 et L12 .

Infinite Love au salon zen 2012, Paris

Infinite Love au salon zen 2012, Paris

Participez à nos ateliers et conférences pour l’éveil des consciences, nous vous proposerons des échanges avec nos enseignants, des ateliers de méditation, des partages sur l’éveil de la conscience, des rencontres.

3 Ateliers dans la salle Méditation :

Samedi 6 Octobre à 12h30 : Méditation infinite Love par Mikel Defays

Dimanche 7 Octobre à 15h30 : Méditation infinite Love par Mikel Defays

Lundi 8 Octobre 2012 à 13h30 : Méditation dyade par Thot Fernandez et Emeraude

Emailing salon ZEN 2012, Infinite Love

Emailing salon ZEN 2012, Infinite Love

Touched by your grace

Touched by your grace
I just disappeared
Into the infinite flow
Of infinite love

You are a benediction

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Waiting for love

I dreamed about you
And suddenly, you appeared.
How is that possible?

Yes, I created you
Yes, you created me.
Can you believe it?
Let me say this:
Whatever we think comes into being
In a way
No one can imagine

When my dreams
Connect to your dreams
Life becomes true

Take the keys
To paradise,
Take the keys
And open the door.
Enter your dream.

Please, trust me
When I tell you
Free you are

Take your keys to paradise
Those keys are called Love
Those keys are called Freedom

Understand what you are
Trust me
Surrender to me
When I tell you
How divine you are
How beautiful you are

Yes, you are free
Yes, you are love
Yes, you are an incarnation of God

Allow yourself
To be free
To make the most beautiful dream
Of your life come true

Remember what you really are
Remember yourself
Remember me
And understand
The love
Inside you
Inside me
Inside us

Remember:
One
We are
One
We were
One
We will be
Forever

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Oh God

Oh God
Your river of love
I am drinking

Oh God
Full of you
I am

Oh God
Totally drunk on your love
I am

Oh God
Full of light
I am

Oh God
I can’t eat anymore

Oh God
I’m crying of happiness

Oh God
I’m dying of love

Oh God
Infinite gratitude
I feel

Oh God
You
I became
When
Oh God
You touched me
With the grace
Of your divine Angel

Oh God
I love
You

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Falling in love

Falling in love with you
Means
I surrender to you

Falling in love with you
Means
I give you my life

Do what you want
With my body
Do what you want
With my soul
Do what you want
With my heart

I give you everything

Because
I know
You are me
Because
You know
I am you
Because we know
We are
One

Poème de Kundun / Poem by Kundun

With you

With you
Life is beautiful
With you
Life becomes true
With you
Poems flow
With you
Love is everywhere
With you

With you
I can be
Me

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Today

Today
Is the best day of my life
Just because you kissed me

How beautiful
Love is
How beautiful
You are

Today
Thanks to you
I became
Me

Today
Thanks to you
I became you

Today
Today
Today
Today
Today

Poème de Kundun / Poem by Kundun

I am a son of God

I am a son of God
My father is the sun
My mother is the earth
I am here
To love you
I am here
To support you
I am here
To help you
I am here and
I am
You

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Today I died of love

Today
I died again

Oh my God
How can you be so wonderful?
How can you be so beautiful?
How can you be so generous?

You gave me life
You gave me love
You gave me everything
You take me to paradise
And I die of your infinite love

Now that I am dead
Now that I have become you
I don’t need anything, anymore
How can you be so perfect?
How can you be so kind?
How can you be so great?

Oh my God
Today
I died of love
Today
I died of you

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Oh sister

Oh sister
You are so beautiful
You are so wonderful

Your soul is my soul
Your heart is my heart

To the light
You connected me
With your smile
With your love
With your eyes

Where are you?
You asked me ‘where are you?’
And in your eyes
I just disappeared
And in your smile
I just vanished
Merging
With the beauty of your soul
Merging
With the beauty of your smile

In one second
I just fell
Into your infinite love

Oh my God
Thank you for this sister of light
Thank your for this magic moment

I love you, sister
I love you

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Oh baby

Oh baby
You are beauty
You are love
This is why
Everywhere
Always
In everyone
Beauty you can see

This is why
Everywhere
Always
Everyone
You can be

What we are
We reflect
What we are
We can see
What we are
We can be
In everyone
Because one
We are

Oh baby
Beauty is your path to enlightenment
Be ready for art
Be ready for beauty
Because
Beauty
Is inside
You

Because beauty
Is what
You
Are

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Enlightenment

Oh my love
You are divine

The second I received your love
I just died,

And the second after
I began to live

Oh my God, you are so beautiful!
Since I have fallen in love with you
The real me, I have become

Please, accept my infinite gratitude

Every moment of the day
In our infinite love
We are

Every second of the day
Our love
In my heart
I can feel

It is amazing!
There is no separation

Every second of the day
You are with me
Every second of the day
I am with you

Each time I think about you
You are right with me

Every time I think about you
I am happy

The same soul, we are
The same light, we are
The same love, we are

Oh my love
Understand
I am you
As you are me

Understand
We
Are
One

Poème de Kundun / Poem by Kundun

You are the love

Oh Baby
You are the love
You are the light

God inside you
I can feel
Each time
In your arms
I am

Each time
In your eyes
I am

Touching you is like touching God
Because a God you are
The God of beauty and joy

Oh baby
You are paradise
You are beauty
Thank you for being
Eu amo voce

Poème de Kundun / Poem by Kundun

My love brother

Oh Brother
My love brother
I wanted to say thank you

Since you’ve come into my dreams
I have reached paradise

With you
I have seen myself
With you
I have understood myself
With you
I have realized
How beautiful we are

This infinite love
Is what we are
Is what we were
Is what we always will be

I love you
I love you
I love you

Poème de Kundun / Poem by Kundun