Les Fous

Finalement,

Il n’y a que des fous,

Partout.

Il y a les fous qui s’identifient à leur personnage,

Il faut être fou pour croire cela !

Puis il y a les fou, qui croient être Dieu, la conscience infinie.

Il faut être fou pour croire cela !

Il y a les fous, programmés comme des robots qui meurent fous, sans jamais réaliser,

Qu’ils sont fous.

Puis il y a les fou éveillés qui savent qu’ils sont Dieu.

C’est totalement fou de réaliser cela.

Donc finalement,

Il n’y a que des fous !

Les fous éveillés et les fous endormis,

C’est fou non ?

Ba,

Moi je m’en fous,

Car j’ai choisi ma folie,

Car je sais,

Que Je suis fou,

De vous,

Kunzang sept 2013

Toi et Moi

Un jour,
Je suis sorti de toi,
C’était la vie, c’était l’aventure, c’était la découverte,
Tous ces autres moi,
On a bien rigolé.

Et tout le temps, toi,
Tu me souriais.
Et à chaque instant,
On était bien là, tous les deux,
Ensemble, présent.

Et quand je souriais, tu me souriais.
Et quand je pleurais, tu pleurais.
Et quand je souffrais, tu souffrais aussi.

Quand tu exprimais l’amour, je devenais amour,
Quand tu exprimais la guerre, je devenais la guerre.
Quand tu jouais, je devenais le jeu.
Puis un jour, ils ont fait la paix.

On a voyagé,
On a travaillé,

On a construit,
On s’est enrichi.

On a développé,
On s’ est amusé.

On a beaucoup ri,
Un peu pleuré aussi.

Tu m’as envoyé ce regard,
Qui m’as fait chaviré,
Tu m’as envoyé ce toucher,
Tout mon corps a tremblé.

A chaque fois, c’était toi.
Tes musiques, j’ai écouté,
Tes poèmes, j’ai entendu
Tes textes, tu m’as expliqué !
Des anges, tu m’as expédiés,
Avec des archanges, on a dîner.
Des maîtres ascensionnés, on a visité.
Chaque fois, c’était toi,
A chaque fois, encore et toujours toi.

Cet amour, ce voyage, cette rencontre inattendue,
Ce n’était pas lui,
C’était toi
Cette coïncidence, ce hasard, ce sourire,
C’était toi,
Cette émotion, cet éclat de rire,
C’était encore toi.
Ce livre, ce film, ce baiser, ce câlin, ce tremblement, cette caresse,
C’était toi.

Cette méditation, ce cri, ce paysage, cette rencontre,
C’était toi.

Ce plat, ce tableau, cette sculpture, cette volupté,
C’était toi, encore et toujours toi.

Toi qui a toujours tout organisé,
Toi qui a toujours tout préparé,
toi qui a toujours tout synchronisé,
Toi qui a toujours fait
Comme pour toi.

C’est marrant, mais c’est seulement maintenant.
que j’ai disparu,

C’est fou mais c’est seulement maintenant
Que je suis présent,

C’est terrible, mais c’est seulement Maintenant
Que je n’existe plus,

C’est dingue, mais c’est seulement maintenant,
Que je comprends.

Ma vie,
N’était pas ma vie,
Car je n’étais pas en vie.

Ma vie,
N’était pas la vie,
Il n’y avait pas de vie
Ma vie n’était pas la vie,
Car il n’y avait personne.

Ma vie n’était pas la vie,
Il n’y avait qu’un robot,

La vie n’était pas ma vie,
Il n’y avait qu’un automate,

Qui pensait vivre sa vie.
Qui pensait ‘être’,
Un homme.

Puis un jour,
Ma mort,

Puis un jour,
Petit à petit,

Puis un jour
J’ai senti,

Que cette vie,
C’était ta vie.

Maintenant, seulement maintenant,
Que je n’existe plus,
Je comprends,
Il n’y a pas de moi,

Maintenant, seulement maintenant,
Je comprends,
Il n’y en jamais eu.

Maintenant, seulement maintenant,
Je comprends
il ne peut pas y en avoir.

Maintenant, seulement maintenant,
Qu’il n’y a plus de moi,

Maintenant, seulement maintenant,
Qu’il n’y a plus que toi,

Maintenant, seulement maintenant
Qu’il n y a plus que notre présence,

Maintenant, et seulement maintenant,
A cet instant.
Nous savons,
Toi et moi,
Lui et elle,

Maintenant, et seulement maintenant,
Tous en vérité,
Nous savons,
Au fond de nous,

Que l’univers,
Que le vide,
Et que ce tout,

C’est nous.

Poème de Kundun 6 janvier 2013

There is love

There is love
Inside you

I can feel it
I can hear it

Under your ego
Under millions of mental programs

There is love, there is love

Look into your heart
Look into my heart

Feel this power
Feel this force
Follow its direction

Don’t fight it
Surrender to this love

Me
You will find

You
You will find

Yes, in love I am
With you
Yes, this love, I feel
Inside you

Yes
I am here for you
Yes
My infinite love
Is for you

But
No
To your Ego,
I can’t surrender
But
No
To your mental programs
I can’t surrender

But
No
To what you are not
I can’t surrender

Please, understand
Only to your love
Can I surrender

I love you
I love you
I love you

Please, be free
Accept this love inside you
Deprogram your ego
Be who you really are
Be free
Surrender to me
As I have surrendered to you
Trust me
When I tell you
That free
We
Are

Poem by Kundun / poème de Kundun

//

7 milliards de robots 

Androide's rank 2 © Denned fotolia #18405351

Androide’s rank 2 © Denned fotolia #18405351

Imaginez que les 7 milliards d’être humains soit des robots,
Imaginez que ces robots ne soient pas conscient,
Imaginez que ces robots soient programmés,
Par leur parents, par l’école, par la télévision, par les médias, par la société,
Puis Imaginez ces 7 milliards de robots,
Connectés a l’univers,
Recevant des pensées, recevant des idées, connectés a l’Imagination.

Imaginez 7 milliards d’antennes sur pattes, programmés, vacant a leurs occupation, vivant leur vie de robot.
Puis Imaginez maintenant que vous aussi, vous fassiez partie de ces robots.

Imaginez que vous puissiez devenir libre,
Imaginez que vous puissiez comprendre qui vous êtes réellement,
Imaginez que vous puissiez comprendre pourquoi vous êtes la,
Imaginez que vous puissiez vous déprogrammer entièrement,
Puis imaginez que vous puissiez vous reprogrammer aussi !
Imaginez que vous puissiez devenir libre un jour, de toute programmation.
Imaginez que cette libération commence maintenant !

Imaginez que ce poème soit une clé,
Imaginez que cette clé vous ouvre toutes les portes,
Imaginez un nouveau monde.

Comprenez ce que vous êtes réellement,
Vous n’êtes pas ce que vous croyez être !
Vous êtes bien plus que cela.

Vous êtes une conscience infinie,
Méditez, méditez,
Concentrez vous,
Concentrez vous sur votre cœur,
Méditez, méditez,
Concentrez vous,
Concentrez vous sur l’amour,
Fondez,
Fondez vous dans l’amour,
Comprenez l’amour qui est en vous.

Tombez amoureux, puis, retrouvez la divinité qui est en vous.

A vous qui lisez ce poème : Je vous dis que je vous aime, je vous dis que je vous aime!
Recevez mon amour infini,
Redevenez libre.

Comprenez qui vous êtes réellement,

Libérez vous !
Réveillez vous!
Déprogrammez vous !
Libérez vous !
Réveillez vous !
Vous êtes libre !
Libérez vous !
Réveillez vous !
Maintenant !
Maintenant,
Vous pouvez commencer
à vivre,

Poème de Kundun / poem by kundun

%d bloggers like this: