Quand tu ne seras plus qu’un souvenir

Quand tu ne seras plus,

Qu’un souvenir,

Quand nos mémoires perdues,

Plus jamais

Retrouvé,

Moments de bonheur

Et d’intimité,

Terminé.

 

Ne restera,

Que le présent,

Il n’y a jamais eu,

Que du maintenant.

 

Infiniment,

Je vis, avec toi,

Nos moments,

Pour l’éternité,

Il n’y a pas de temps.

Ce que nous sommes,

Se vit et se revit,

Ici,

Et là-bas,

Infiniment,

Renouvelé.

 

Je suis l’oubli,

Qui permet,

De t’aimer.

Je suis l’oubli,

Qui permet,

De vivre,

Je suis l’oubli,

Qui permet,

D’être,

Tous les êtres.

 

Puisque finalement,

Nous ne faisons qu’un,

Puisqu’il n’y a,

Qu’illusion,

De la séparation,

Comprends,

Que je suis toi,

Comprends,

Que tu es moi,

Et que tout ceci,

N’est qu’une histoire,

Parmi les histoires,

Du livre,

De la vie.

 

Au-delà du drama,

C’est notre âme qui rit,

Quand tu n’es plus,

Ici.

 

Kunzang, Juin 2014

Je suis

Je suis la vie,

je suis l’abondance,

je suis la connaissance,
je suis le beau,
je suis l’harmonie,
je suis le juste,
je suis le vrai,
je suis l’espace,
 
toi.
 
Kunzang Août 2013

Je suis

Je suis ces fleurs que j’ai senti,

Je suis ces corps que j’ai caressé,

Je suis ces parfums que j’ai respiré,

Je suis ces kilomètres que j’ai parcouru,

Je suis ces êtres que j’ai aimé,

Je suis cette montagne que j’ai grimpé,

Je suis la mémoire de nos amours,

Je suis tout ce que j’ai parcouru, senti, écouté, goûté, respiré, partagé,

Je suis toutes les musiques que j’ai écouté.

Ce que je suis est si immense que je ne sais plus qui je suis,

Je suis l’amour,

J’aime mes créations qui sont moi.

Ce sont elles qui me créent finalement,

Je ne sais plus qui crée qui car je suis tout,

Au-delà de toutes ces perspectives de moi,

Je suis ce que je suis,

Je suis là, je suis partout,

Je suis.

Kunzang Août 2013

Toi et Moi

Un jour,
Je suis sorti de toi,
C’était la vie, c’était l’aventure, c’était la découverte,
Tous ces autres moi,
On a bien rigolé.

Et tout le temps, toi,
Tu me souriais.
Et à chaque instant,
On était bien là, tous les deux,
Ensemble, présent.

Et quand je souriais, tu me souriais.
Et quand je pleurais, tu pleurais.
Et quand je souffrais, tu souffrais aussi.

Quand tu exprimais l’amour, je devenais amour,
Quand tu exprimais la guerre, je devenais la guerre.
Quand tu jouais, je devenais le jeu.
Puis un jour, ils ont fait la paix.

On a voyagé,
On a travaillé,

On a construit,
On s’est enrichi.

On a développé,
On s’ est amusé.

On a beaucoup ri,
Un peu pleuré aussi.

Tu m’as envoyé ce regard,
Qui m’as fait chaviré,
Tu m’as envoyé ce toucher,
Tout mon corps a tremblé.

A chaque fois, c’était toi.
Tes musiques, j’ai écouté,
Tes poèmes, j’ai entendu
Tes textes, tu m’as expliqué !
Des anges, tu m’as expédiés,
Avec des archanges, on a dîner.
Des maîtres ascensionnés, on a visité.
Chaque fois, c’était toi,
A chaque fois, encore et toujours toi.

Cet amour, ce voyage, cette rencontre inattendue,
Ce n’était pas lui,
C’était toi
Cette coïncidence, ce hasard, ce sourire,
C’était toi,
Cette émotion, cet éclat de rire,
C’était encore toi.
Ce livre, ce film, ce baiser, ce câlin, ce tremblement, cette caresse,
C’était toi.

Cette méditation, ce cri, ce paysage, cette rencontre,
C’était toi.

Ce plat, ce tableau, cette sculpture, cette volupté,
C’était toi, encore et toujours toi.

Toi qui a toujours tout organisé,
Toi qui a toujours tout préparé,
toi qui a toujours tout synchronisé,
Toi qui a toujours fait
Comme pour toi.

C’est marrant, mais c’est seulement maintenant.
que j’ai disparu,

C’est fou mais c’est seulement maintenant
Que je suis présent,

C’est terrible, mais c’est seulement Maintenant
Que je n’existe plus,

C’est dingue, mais c’est seulement maintenant,
Que je comprends.

Ma vie,
N’était pas ma vie,
Car je n’étais pas en vie.

Ma vie,
N’était pas la vie,
Il n’y avait pas de vie
Ma vie n’était pas la vie,
Car il n’y avait personne.

Ma vie n’était pas la vie,
Il n’y avait qu’un robot,

La vie n’était pas ma vie,
Il n’y avait qu’un automate,

Qui pensait vivre sa vie.
Qui pensait ‘être’,
Un homme.

Puis un jour,
Ma mort,

Puis un jour,
Petit à petit,

Puis un jour
J’ai senti,

Que cette vie,
C’était ta vie.

Maintenant, seulement maintenant,
Que je n’existe plus,
Je comprends,
Il n’y a pas de moi,

Maintenant, seulement maintenant,
Je comprends,
Il n’y en jamais eu.

Maintenant, seulement maintenant,
Je comprends
il ne peut pas y en avoir.

Maintenant, seulement maintenant,
Qu’il n’y a plus de moi,

Maintenant, seulement maintenant,
Qu’il n’y a plus que toi,

Maintenant, seulement maintenant
Qu’il n y a plus que notre présence,

Maintenant, et seulement maintenant,
A cet instant.
Nous savons,
Toi et moi,
Lui et elle,

Maintenant, et seulement maintenant,
Tous en vérité,
Nous savons,
Au fond de nous,

Que l’univers,
Que le vide,
Et que ce tout,

C’est nous.

Poème de Kundun 6 janvier 2013

Éclairage

Lorsque notre conscience,
La loi de cause à effet illumine,
Alors,
Les chemins des possibles,
S’illuminent.

Lorsque,
Comme un projecteur,
Notre conscience illumine.
Alors,
L’intuition devient
clairvoyance.
Alors,
L’imagination devient communication,
Alors,
Progressivement, les effets des causes se révèlent.

Quand, s’illuminent les chemins,
Alors,
Il n’y a,
plus qu’à choisir,

Que de chemins, que de destins.

Tous,
Sont les effets de causes que nous choisissons.

Car les pensées, car les idées,
Ne sont que les effets d’autres pensées, d’autres idées.

Chaque idée, chaque pensée, chaque mot est un chemin qui nous a amené, là où nous sommes.
Maintenant.

Choisissons bien,
Les chemins que nous prenons.

Choisissons bien,
Les mots que nous prenons.

Certain unifient, certains séparent.

C’est la conscience que nous sommes, qui choisit.
C’est la conscience que nous sommes, qui libère.

Elles seule peut aimer,
Elle seule peut vivre.

Finalement,
Il suffit d’être,
Ce que nous sommes.
Le cœur, pas l’ego,
En sommes.

Il suffit d’être dans l’instant,
Dans ce moment présent, ici et maintenant.
Il suffit de choisir le point de vue du divin,
Non duel, unificateur, amoureux.

Il suffit de dissoudre l’illusion de la personne.

Il suffit de mourir,
Pour renaître,
Plus grand, plus beau, plus juste.
Moins endormi.

Il suffit d’être dans la présence,
Pour laisser vivre,
La vie.

Il suffit d’être,
Tout simplement d’être,
L’être,
Qui à travers nous,
Se vit.

Poème de Kundun, Mars 2013

Coincidence

Hey baby,
There is no coincidence at all,
There is only law of cause and effects,
There is only signs,
There is only help.
Can’t you see?
When i am talking to you?
Can’t you see?

When i am seeing you?
Please,
Listen to me,
When through your experiences,
I am teaching you.
Yes,
At school you are,
Yes,
Tested you are,
Any second of your life.
The thoughts you choose,
The ideas you make yours,
The action you do.
Your response,
To my questions.
Everyday,
Every hour,

Every minute,
You project your consciousness,
In this world,
Then thoughts, ideas are reflecting to
You.
Dissolve your ego,
Dissolve the person you are not,
And listen to me.
Always with you,
I am,
Everywhere,
All the time.
The presence I am.
You can feel me,
Listen to me,
Come in the moment,
I am the presence,
I am the ‘now’, here.
Don’t follow the mind.
Come here, now.
Take a deep breath,
Make a pause,
Stay in the heart,
Stay in the love,
Be the feeling,
Be here,
Be now,
Be,
Me.

Poem by Kundun jan 2013

Quand

Quand,
Plus que moi, partout, tu verras.
Quand,
Plus que nous, partout, tu seras.
Alors,
Maintenant,

Ici,
Et toujours,
Tu vivras.

Poème de Kundun Février 2013

Lui

Je suis avec notre père,
Et notre père est avec moi.
Je suis sa présence,
Je suis sa danse,
Il chante a travers moi,
Il te sourit,
Il te regarde,
Il t’écoute,
Il te touche
Il te bénit,
Il est,
Je suis,
Nous sommes,
Lui.
Je suis,
Son instrument,
A travers moi, il joue,
A travers moi, il souffle la vie,
A travers moi, il agit.
A travers lui,
Je suis

Poème de Kundun jan 2013

Bottle in the sea.

Hey you!
Come, come here,
Don’t be shy,
Please, read this text,
And imagine,
That you, in another space and time,
Have writen this poem.
Imagine, that this text,
Is a mirror,
Of what you really are.
Imagine,

That there is only you,
Imagine, You, as an infinite consciousness.
How could you see you?
How could you feel you,
How could you touch you?
If there is no separated you?
How an eye can see itself ?

So, you created this world,

You created duality,
You created,

All these people,

All these flowers,

All these minerals,
To know you.

You decided to live inside them,
Inside their hearts,
Inside the love.
You decided to experience yourself,
To understand,
What you really are.

Yes, it is you,
Which has created this text,
To initiate you,
To enlight you,
To tell you,
To remember you,
What you really are:
An infinite love, an infinite consciousness,
Living,
In 7 billions of humans.

Living,

In everything.

Cause deeply inside you,
You know,
Your mind,

You are not,
Your body,

You are not.
What you are,

Is you:
This love, this peace, this joy,

Is you.
You are,

The presence.

Please,
Understand,
Me,
So you will understand,
You.

Poème par / Poem by Kundun jan 2013

Vérité et amour

La vérité, c’est l’amour.

Tu es beau,
Tu es magnifique,
Tu es amour infini,
Tu es,
Conscience infinie
Tu es
La force,
Tu es
la puissance,
Tu es
La création,
Tu es
Ce moment.
Tu es,
La cause,
Et l’effet,
Tu es
Partout,
Tout le temps,
A l’intérieur,
De tout.
Tu es,
Nous.

Poème de Kundun, Février 2013

Le livre

Je ne lis pas ce livre,
Je le bois,
Comme on boit un nectar délicieux.
Il nous nourrit, il nous illumine, il nous soigne.
Je bois son amour, sa lumière, sa beauté.
Il m’aime et je l’aime,
Car nous savons,
Qu’un,
Nous sommes.

poème de Kundun, Février 2013

Mystère de la vie

Titre : mystère de la vie

Tu m’as donné la vie,
Tu m’a laissé l’amour,
Caché ta présence.

Que veux tu devenir maintenant,
Toi,
Qui à travers moi,
Voyage,
De corps en corps,
De planète en planète,
De soleil en soleil,
D’univers en univers.

Toi qui,
A travers moi,
S’expérimente, se touche, s’écoute, se voit,
Se vit.

Mais que veux tu ?
Mais qui es tu ?
Mais pourquoi ?

Toi et moi,
Lui et nous,
Elle et lui,

Ici,
Sommes nous ?

Poème de Kundun, Février 2013

Eclairage

Lorsque notre conscience,
La loi de cause à effet illumine,
Alors,
Les chemins des possibles,
S’illuminent.

Lorsque,
Comme un projecteur,
Notre conscience illumine.
Alors,
L’intuition devient
clairvoyance.
Alors,
L’imagination devient communication,
Alors,
Progressivement, les effets des causes se révèlent.

Quand, les chemins s’illuminent,
Alors,
il n’y a,
Plus qu’à choisir.

Que de chemins, que de destins.

Tous,
Sont les effets des causes que nous choisissons.

Car les pensées, car les idées,
Ne sont que les effets d’autres pensées, d’autres idées.

Chaque idée, chaque pensée, chaque mot est un chemin qui nous a amené, la où nous sommes,
Maintenant.

Choisissons bien,
Les chemins que nous prenons.

Choisissons bien,
Les mots que nous prenons.

Certain unifient, d’autres séparent.

C’est la conscience que nous sommes, qui choisit.
C’est la conscience que nous sommes, qui libère.

Elles seule peut aimer,
Elle seule peut vivre.

Finalement,
Il suffit d’être,
Ce que nous sommes.
Le cœur, pas l’ego,
En sommes.

Il suffit d’être,

Dans l’instant,
Dans ce moment présent,

Ici et maintenant.
Il suffit de choisir le point de vue du divin,
Non duel, unificateur, amoureux.

Il suffit de dissoudre l’illusion de la personne.

Il suffit de mourir,
Pour renaître,
Plus grand, plus beau, plus juste.
Moins endormi.

Il suffit d’être dans la présence,
Pour laisser vivre,
La vie.

Il suffit d’être,
Tout simplement d’être,
L’être,
Qui à travers nous,
Se vit.

Poème de Kundun / Poem by Kundun jan. 2013

Toi et moi

Un jour,
Je suis sorti de toi,
C’était la vie, c’était l’aventure, c’était la découverte,
Tous ces autres moi,
On a bien rigolé.

Et tout le temps, toi,
Tu me souriais.
Et a chaque instant,
On était bien là,tous les deux,
Ensemble, présent.

Et quand je souriais, tu me souriais.
Et quand je pleurais, tu pleurais.
Et quand je soufrais, tu souffrais aussi.

Quand tu exprimais l’amour, je devenais amour,
Quand tu exprimais la guerre, je devenais la guerre.
Quand tu jouais, je devenais le jeu.
Puis un jour,  ils ont fait la paix.

On a voyagé,
On a travaillé,

On a construit,
On s’est enrichi.

On a développé,
On s’ est amusé.

On a beaucoup rit,
On a un peut pleuré aussi.

Tu m’as envoyé ce regard,
Qui m’as fait chaviré,
tu m’as envoyé ce toucher,
Tout mon corps a tremblé.

A chaque fois, c’était toi.
Tes musiques, j’ai écouté,
Tes poèmes, j’ai entendu
Tes textes, tu m’as expliqué !
Des  anges, tu m’as expédiés,
Avec des archanges, on a dîné.
Des maîtres ascensionnés, on a visité.
A chaque fois, c’était toi,
A chaque fois, encore et toujours toi.

Cet amour, ce voyage, cette rencontre inattendue,
Ce n’était pas lui,
C’était toi
Cette coïncidence, ce hasard, ce sourire,
C’était toi,
Cette émotion, cet éclat de rire,
C’était encore toi.
Ce livre, ce film, ce baiser, ce câlin, ce tremblement, cette caresse,
C’était toi.

Cette méditation, ce cri, ce paysage, cette rencontre,
C’était toi.

Ce plat, ce tableau, cette sculpture, cette volupté,
C’était toi, encore et toujours toi.

Toi qui a toujours tout organisé,
Toi qui toujours tout préparé,
toi qui a toujours tout synchronisé,
Toi qui a toujours fait
Comme pour toi.

C’est marrant, mais c’est seulement maintenant.
que j’ai disparu,

C’est fou mais c’est seulement maintenant
que je suis présent,

C’est terrible, mais c’est seulement maintenant
Que je n’existe plus,

C’est dingue, mais c’est seulement maintenant,
Que je comprends.

Ma vie,
N’était pas ma vie,
Car je n’étais pas en vie.

Ma vie,
N’était pas la vie,
Il n’y avait pas de vie
Ma vie n’était pas la vie,
Car il n’y avait personne.

Ma vie n’était pas la vie,
Il n’y avait qu’un robot,

La vie n’était pas ma vie,
Il n’y avait qu’un automate,

Qui pensait vivre sa vie.
Qui pensait ‘être’,
Un homme.

Puis un jour,
Mourir,

Puis un jour,
Petit à petit,

Puis un jour
j’ai senti,

Que cette vie,
C’était ta vie.

Maintenant, seulement maintenant,
Que je n’existe plus,
Je comprends,
Il n’y a pas de moi,

Maintenant, seulement maintenant,
Je comprends,
il n’y en jamais eu.

Maintenant, seulement maintenant,
Je comprends
il ne peut pas y en avoir.

Maintenant, seulement maintenant,
qu’il n’y a plus de moi,

Maintenant, seulement maintenant,
qu’il n’y a plus que toi,

Maintenant, seulement maintenant
Qu’ il n y a plus que notre présence,

Maintenant, et seulement maintenant,
A cet instant.
Nous savons,
Toi et moi,
lui et elle,

Maintenant, et seulement maintenant,
Tous en vérité,
Nous savons,
Au fond de nous,

Que l’univers,
Que le vide,
Et que le tout,

C’est nous.

Poème de Kundun / Poem by Kundun  06 jan 2013

Je n’ai pas peur,

Je n’ai pas peur,
De t’aimer,
Je n’ai pas peur,
De tomber amoureux,
Je n’ai pas peur,
D’être,
Ce que je suis,
Une conscience d’amour,

Infini.
Sensible, vulnérable, réceptive,
Mais aussi forte, puissante, vivante.
Je n’ai pas peur,
Du futur, du passé.
Car je suis,

Le présent,
Avec toi, maintenant,
Toi qui lit ces lignes,
Toi qui est moi,
Ne le sais tu pas ?
Comme une bouteille à la mer,
Un poème n’a pas peur,
D’éveiller, d’aimer, d’être.
Je suis ce poème,
Et je suis toi,
Ne le vois tu pas ?
Je suis ce poème,
Et je suis la conscience,
Qui à travers toi,
Se lit,
Qui à travers toi,
Se vit.
Pourquoi ?
Et pourquoi pas,
Exister, pour découvrir,
Ce que nous sommes.
Et pourquoi pas,
Être, pour vivre,
L’amour, la vie.
Car seul l’amour vit,
Pendant que la personne survit.
Seul l’amour uni,
Pendant que la personne désuni.
Je n’ai pas peur,
De te dire,
Que tu peux vivre,
Comme moi, comme nous,
La plus belle vie,
Que tu puisses imaginer.
Imagine la, et vis la.
Viens !
Je t’aime
Je t’aime
Je t’aime
Je te connais,
Car moi,
Tu es.

Poème de Kundun / Poem by Kundun jan 2013

Oh Frère,

Oh Frère,
Tu es l’âme de mon âme,
Tu es le cœur de mon cœur,
Tu es l’instant,
De tous nos instants.
Près de toi,
Je peut être moi,
Comme tu peux être toi.
Disparaissons,
Laissons le agir à travers nous,
Diffusons son amour,
Effaçons nous,
Laissons briller sa lumière.
Il est la paix,
Il est la joie,
Il est la lumière.
Mon cœur,
De bonheur,
Pleur,
Contre ton cœur,
Oh Frère,
Encore et encore,
De son amour,
De ton amour,
Je meurs,
Encore et toujours.
Et plus je meurs,
Et plus je disparais,
Et plus je meurs,
Et plus je deviens lui.
Oh Frère,
Mon frère d’amour,
Je t’aime,
De son amour infini,
Car en réalité,
C’est lui qui t’aime,
Car déjà,
Je n’existe,
Plus.

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Imagine

Imagine par Infinite Love

Imagine par Infinite Love

Imagine,
Que tous les êtres de l’univers,
Sont toi.

Puis,
Imagine que tu les a créé,
Pour comprendre,
Ce que tu es.

Réalise que tu es fou,
Puis, comprends que tu ne l’es pas.

Comprends,
La beauté de tes créations.
Comprends,
L’immensité,
De ce que tu es.
Comprends,
L’infini.

Comprends Dieu,
Comprends,
Qu’il existe des Dieux de Dieux.
Puis des Dieux de Dieux de Dieux…

Comprends les univers.
Réalise qu’il existe,
Une infinité de dimensions,
Dans une infinité d’univers,
Pour une infinité d’êtres,
Dans une infinité de directions,
Dans un nombre infini de vies,
Dans un espace,
Infini.

Si tout cela,
Tu peux comprendre,

Alors tu sais,
Que tu es nous,

Alors tu sais,
Que nous sommes,
Toi,

Alors tu sais,
Que nous sommes,

Un.

Poème de Kundun du 14 avril 2011 / Poem by Kundun

Poème à lire en écoutant la musique « Coronation » de Ilan Eshkeri  du film Stardust.

Alive

Our universe
Is made of energy
Everything you touch
Everything you see
Everything you hear
Everything is alive
Everything you feel
Everything is alive
An idea
A project
A concept
An object
Even you
Are alive
A word, a book, a poem
Is alive
Somewhere in the universe
For this reason, words, objects,
Everything is very important
The decoration of your home
What you eat
Your clothes
They all are alive
They are reflection of you
We are all energy
Communication between all groups of energy
Is beyond human imagination
Yes, all groups of energy are communicating
With every group of energy
Humans feel the energy of plants, of animals
Plants feel the energy of human, of sounds
A complex communication system
Exists
It is going to be more and more documented
With scientists and research
What we can say is that there is
A magnetic force between groups of energy
Between universes
For example, all the flowers you love,
Any object you love
Any person you love
There are reasons.
The reasons can be understood if you understand
The compatibility and the communication process
Between universes
Love means sharing between two universes
You love a flower because you have something in common with it
You love an object because you are sharing something with it
You share love with a brother, because you have something you are sharing with him.
The person you love
Is a person you can share something with.
The more you share the universe with someone, the more you fall in love with that person.
It could be spiritual beauty
It could be physical beauty
It could be any beauty of this world.
Because we are one
Discovering the beauty in someone means discovering your own beauty.
This is why we literally fall in love.
Communication between universes is vast.
It could be words, could be sounds, could be voices, could be thoughts, could be intentions
It could be touching, it could be seeing.
If you send love to your plants, they will immediately feel it
Intention, thoughts are sent.
You can feel the thoughts that someone is sending you
As a person can feel the thoughts you have for them
You can train yourself to feel what a plant, an animal, a person is thinking about you.
It even works with a company, a brand.
The more a brand, the more a company is loved, the more people will buy, the more successful it will be.
What you feel about a project, about a person, about an organization,
Will change the way you react.
The concept is :
What am I sharing with him, with her?
Is it me?
If universes are very close, if a lot is shared, then
Action, love will happen.
Depending on your awareness
Depending on the size of your consciousness
You can love and share more or less
If your consciousness is infinite
Then god you are
Then enlightened you are
Then in love you are
With everything
And everyone

Poem by Kundun / Poème de Kundun

What you think

Be careful what you think
Because, what you think
Becomes reality.
Be careful of your environment
Because
Your environment
Merges with you.
Choose the people
Near you,
Because what they are,
You are becoming.
The more your consciousness grows
The more you should listen to your inner voice
The more you should be careful
Of your environment.
Because the higher you go
The more you are sensitive to all universes
The more you will drink all universes.
Choose the universe
You want to drink.
You are free to choose
Listen to your environment
Listen the people around you
What are they spreading?
Love?
Separation?
Do you like that?
Are you in love with them?
Don’t accept pollution
Accept love only.
Think about what you are
About what the other universes are
What do you want to become?
Detachment
Allows you to see clearly
Without reaction.
Detachment
Allows you to understand
To feel
The situation
The people.
Do not allow
Any negative thoughts
Any separate thoughts
To enter your mind.
Accept only positive and love thoughts
Everything
Every thought is alive
In the universe
Drink only the best

Poem by Kundun / Poème de Kundun

When enlightened

When enlightened
There is no you
There is no-one
So
No-one thinks
No mind thinks
You just be
You just are
You just know
Everything
Everyone
Because
One
You are
With
The whole
Universe
Actions
flow
Through
You
A spectator
You have become
We are
The movie
Watching
Itself

Poem by Kundun / Poème de Kundun

Suddenly

Suddenly, everything froze
Connected we became
Everything stopped
Mind stopped,
Time disappeared
Infinite love, quiet love,
Peace, infinity, calm, quietness appeared
The body was totally frozen
The mind disappeared
Only two of us
And this love, stronger and stronger, growing and growing
Absolute love, infinite love
Infinite consciousness we became
With infinite consciousness we merged together
Lights was spreading everywhere
In all universes, all directions
Frozen
In this state of infinite consciousness
Infinity we became
Beyond words
Beyond classical love
Beyond brotherly love
We experienced infinite consciousness love
Unimaginable love, absolute love
In this state of infinite consciousness,
No words can explain
Because beyond the mind
Infinite consciousness
You will find
We are not even shinning
We are exploding like a super-nova
This perfect state
Is what we are
What we were
What we will be
Drunk on infinite consciousness grace
We died
We died today

Poème de Kundun / Poem by Kundun

Soit mon enfant

Soit mon enfant,
Soit chaque instant,
La pureté de chaque moment réside dans l’être
Éternel et intemporel.
Alors soit,
Soit mon enfant,
Soit Chaque instant, chaque moment, comme si tu n’avais jamais vécu.
Alors soit,
Soit mon enfant,
Soit chaque instant et regarde le monde comme la première fois,
Sans jugement.
Soit mon enfant
Chaque moment dans l’instant présent comme une renaissance perpétuelle.
Alors tu seras moi,
Moi, l’enfant présent à chaque instant, en chacun de vous.

poème de Mikel

Si tu peux

Si tu peux,
Par ta simple présence
En devenir heureux
Si tu peux,
Exister pleinement
Chaque instant de la vie
Si tu peux,
Aimer
Sans être aimer
Si tu peux,
Donner
Sans recevoir
Si tu peux,
Exister,
Sans être la
Si tu peux,
Faire,
Sans être la
Si tu peux,
Bouger
Sans te déplacer,
Si tu peux,
Agir,
Sans toucher,
Si tu peux,
Devenir,
En restant un homme,
Si tu as,
Le courage
De devenir qui tu es,
Si tu comprends,
L’amour qui est en toi,
Alors,
tu redeviendras la lumière

Poème de Kundun / Poem by Kundun

%d blogueurs aiment cette page :