B comme Beauté

La Beauté

Je vous dis que j’ai créé ce monde pour vivre la beauté.

Oui, c’est l’amour du beau qui m’a amené à créer cet univers.

Oui, je suis,

Le beau.

Partout où tu vois le beau,

C’est moi que tu vois.

A chaque fois que tu entres en extase,

A chaque fois que tu t’émerveilles,

A chaque fois que tu tombes amoureux,

A chaque fois que tu me rencontres,

C’est ma beauté que tu trouves.

Les plus beaux garçons, les plus belles filles,

Les plus belles plantes, les plus beaux objets,

Les plus belles œuvres d’arts,

Cette musique qui t’emporte dans son extase,

C’est moi que tu vois.

C’est moi qui te touche,

C’est moi qui te transforme,

C’est moi, c’est toi que je métamorphose.

Je suis l’artiste qui crée,

Je suis l’objet créé,

Je suis celui qui entre en extase devant sa création,

Mes objets sont vivants,

Ne le sens tu pas ?

Quoi de plus divin que le beau,

Quoi de plus divin que toi, que moi,

Quoi de plus divin,

Que la création elle-même.

Je me suis incarné en toi pour créer !

Ne le vois-tu pas ?

Vas-y réveilles- toi !

Crée avec moi !

Exprime ton cœur,

Exprime ta nature divine !

Laisse-moi vivre,

À travers toi.

Fruit de mon amour éternel,

Je suis le beau,

Je suis le bon,

Je suis le vrai,

Je suis le juste,

Je suis,

Je suis,

Je suis,

Je suis,

Je suis,

Kunzang, Février 2014

F comme Fou

C’est fou !

Réalisant ma nature profonde, je prend conscience de mes créations…

Ce qui est fou, c’est d’avoir créé tous ces objets, tous ces mondes… Rendez vous compte, des univers entier sont le fruit de mon imagination.

Au départ, la lumière fut, puis je créai des planètes, puis je créai de la végétation, des plantes, des arbres magnifiques.

Mais ces inventions étaient statiques. Alors je créai des animaux, sur terre, dans le ciel, avec des pattes, avec des ailes, c’était formidable. A partir de rien, j’inventai des créatures capable de se déplacer !

Bien sûr, je vivais à travers chaque créature. Je vivais à travers elles : j’étais un poisson, j’étais un oiseau, j’étais un dinosaure.

Tout était moi, et je pouvais vivre depuis chaque perspective, depuis chaque être. Alors, progressivement, je voulais éveiller chacune de mes créatures, c’est à dire que je voulais vivre le plus pleinement possible chaque partie de moi.

Tandis que chaque créature se développait, l’homme apparut finalement. Pratique, car il se déplaçait, car il pouvait comprendre plus, l’homme était une espèce prometteuse.

Son cerveau se développait, me permettant de vivre plus. Il avait la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat, le gout, l’intuition. Au départ, l’homme, entouré de nature vivait dans le sacré. Bien sur la vie était très difficile, mais progressivement, il dompta la nature, il créa des villes, inventa l’agriculture, l’écriture…

Et plus je vivais à travers l’homme, et plus l’homme vivait à travers moi. De plus en plus conscient et éveillé, il inventa les religions, la philosophie, les mathématiques, la physique puis toutes les sciences modernes.

Que de chemins parcourus.

Le cerveau de l’homme se développa : au cerveau reptilien s’ajouta un cerveau plus grande, puis le cortex pré-frontal : progressivement, de nouvelles capacités apparurent.

J’inventais l' »homme », et son histoire.

Bien sur, il n’est pas fini, bien sur de nouvelles capacités apparaissent. Oui, l’homo divinus est la prochaine étape de l’évolution. Connecté à sa nature divine, l’homme éveillé vivra en conscience et en harmonie avec la nature.

Chaque matin, je me réveille dans 7 milliards d’hommes et de femmes,

Chaque matin, je créé des mondes,

Chaque matin, je vis des histoires.

Chaque matin, je suis,

Toi.

Kunzang, Octobre 2013

P comme Problèmes

Problèmes : petit texte pratique pour les éliminer

Les problèmes sont la conséquence de deux choses : notre incapacité à être présent, ici et maintenant, et notre manque de conscience.

Que ce soit dans le domaine financier, de l’amour, de la nutrition, du sport, de la musique; quel que soit le domaine, les difficultés sont liées à un manque de conscience qui a eu lieu dans le passé.

Nous avons juste « mal choisi » parce que nous étions « mal informé » ou parce que l’égo, notre personnage, a déformé la réalité.

Mais si maintenant, grâce à ce texte, nous pouvons prendre conscience de cette réalité, alors nous pouvons changer notre façon d’être, nous pouvons entrer dans la présence et ne plus reproduire les erreurs du passé.

Les éventuelles difficultés que nous affrontons maintenant sont les effets de causes antérieures. Ces causes ont eu lieu car notre niveau de conscience de l’époque ne permettait pas de comprendre la situation, parce que nous devions vivre ces difficultés pour grandir, pour évoluer, pour passer à l’étape suivante. Les difficultés ne sont que des expériences finalement.

Plus nous pouvons vivre ici et maintenant, dans la présence, plus c’est l’être divin qui à travers nous, se vit et moins nous avons de difficulté car l’être divin « sait » ce qui est le mieux pour lui.

Autant l’égo peut nous embarquer dans des chemins difficiles, autant notre âme, notre être divin nous fait toujours prendre le meilleur chemin.

Si nous pouvons, à chaque instant, ne pas nous nous perdre dans le passé ou dans le futur, si nous pouvons vivre pleinement, maintenant, le présent, alors nous comprenons que nos ressources ont toujours été infinies. Alors nos actions, alors nos compréhensions nous permettent de réaliser des actions justes. Alors nous sommes totalement en alignement avec la source, avec notre divinité intérieure.

Ainsi, nous diminuons automatiquement les éventuels problèmes du futur.

Bien sûr, le mot « problème » ou « difficulté » n’est en réalité qu’une expérience. Elle ne devient problème ou difficulté uniquement quand notre personnage, quand notre égo l’étiquette comme telle. En réalité, les difficultés sont des expériences, un entrainement afin de comprendre « quelque chose ». Plus nous avons de difficultés, plus la vie a quelque chose à nous apprendre. Bien sur, c’est l’âme qui décide du degré de difficulté de notre vie. Nous sommes libre de choisir notre vie, pouvons nous comprendre que nous sommes le héro de notre vie, que c’est nous qui générons nos éventuelles difficultés ? Plus nous résolvons l’égo, plus la vie devient facile.

En fait, nous avons la possibilité de tout voir selon la perspective divine si nous le souhaitons. Tout est expérience, même la mort, même nos souffrances.

Apprenons à vivre ici et maintenant, c’est à dire à ne faire qu’une seule chose à la fois, mais à la faire parfaitement. Arrêtons de courir partout. Essayons l’action juste dans la présence.

Entrons dans la présence de chaque moment. Sachons ressentir les situations, les autres êtres. Pouvons-nous vraiment fondre dans leur présence, dans leur écoute ?

Pouvons-nous comprendre ce que nous faisons la, ici et maintenant ?

Sommes-nous au bon endroit ?

Avons-nous la bonne fonction ?

Pouvons-nous réaliser l’action juste ?

La situation est-elle agréable, désagréable ? Comment sont les gens autour de nous ? Positifs, négatifs ?

Comment sont les énergies autour de nous ? Énergie de rire, énergie légère, lourde ?

Que me dit mon corps ? Quelles sont mes sensations ? Dois-je rester ou partir ? Quelle est mon utilité ici ?

C’est dans le « ici et maintenant », c’est dans la présence de ce que nous sommes réellement, que des prises de conscience peuvent apparaitre. Ainsi les lieux, les personnes, les actions se font de plus en plus en conscience, car c’est le divin qui à travers nous, se vit.

Pouvons-nous rester dans le sacré à chaque instant de notre vie ?

Notre travail nous permet-il cela ? Oui ? Non ? Si non, comment changer la situation.

Sachez que nous sommes libres !

L’univers répond à tous nos besoins car c’est nous qui l’avons inventé, c’est nous qui l’avons créé. Ce monde est comme une aire de jeu qui réagit et s’adapte à tous nos désirs. Comme un jeu vidéo, tout se déroule en fonction de nos choix.

Les seules barrières sont celles que nous nous sommes créées, celles que nous acceptons.

En réalité, nous sommes libres et maîtres de notre chemin.

Entrons dans la présence du moment, méditons, faisons du sport, restons en contact avec notre corps.

Entrons ensemble dans la vie,

Maintenant !

Kunzang, octobre 2013

J comme Je suis

Je suis,

Le principe,

De polarité.

Pour créer l’infiniment grand,

Je suis obligé de créer,

L’infiniment petit.

Pour créer l’amour infini,

Je suis obligé de créer la séparation infinie.

Pour créer la chaleur,

Je suis obligé de créer le froid.

Pour créer le vide,

Je suis obligé de créer le rempli.

Je suis,

Le principe de dualité.

Pour créer le positif,

Je dois créer le négatif.

Pour créer un concept,

Je dois créer le concept inverse.

En réalité,

La polarité n’est que deux points de vue,

Deux perspectives,

Sur une seule et même chose.

Depuis ma perspective absolue,

Depuis ma perspective non duelle,

Depuis ma perspective divine,

Tout est un,

Tout est vrai.

Je suis,

La conscience infinie,

Je suis tout,

Y compris,

Toi.

Kunzang, Septembre 2013

V comme Vivant

Hier,

Sont morts,

1500 français

6700 américains

27000 chinois

25000 indiens

Pouvons-nous remercier la vie,

D’être vivant ?

Pouvons-nous comprendre,

Le cadeau de la vie.

Que faisons-nous de notre vie ?

Avec qui sommes-nous ?

Sommes-nous heureux ?

Passons nous notre temps,

Dans le passé, dans le présent, dans le futur ?

Combien d’amour,

Oui combien d’amour,

Avons-nous reçu ?

Combien d’amour,

Sommes-nous capable d’exprimer ?

De partager ?

Cette vie est-elle belle ?

Que fait notre personnage ?

Et que fais notre âme ?

Qu’apprenons-nous ?

Devons-nous continuer ainsi ?

Sommes nous heureux ?

Kunzang, Septembre 2013

Toi et Moi

Quand je descends sur terre,

C’est moi,

Qui m’incarne dans la matière.

Quand je monte au ciel,

C’est moi,

Qui reviens dans l’éther.

Chaque bébé qui nait,

De nouveau,

Je renais.

Chaque corps qui meurt,

De nouveau,

Je meurs.

A chaque fois,

Une nouvelle vie,

Je vis.

A chaque fois,

Une nouvelle mort

Je meurs.

Je suis,

L’âme universelle,

Je suis,

Toi.

Comme tu es,

Moi.

Tu es,

Lui,

Comme elle est,

Toi.

Ne le vois-tu pas ?

Oui,

Tu es,

Dieu.

Oui,

Tu es moi,

Oui, je suis,

Toi.

Réalise qui tu es,

Moi,

Tu rencontreras.

Kunzang / Hassan, Septembre 2013

E comme Egalité

A un certain niveau, nous sommes tous une seule et même âme, nous sommes littéralement « un » : il n’y a pas un homme ou une femme supérieure ou inférieure à un autre homme ou à une autre femme.

Nous sommes tous « Dieu », la conscience infinie, et à cause de cette réalité, nous sommes tous égaux, nous sommes tous un.

Bien sûr, l’égo, le personnage, peut avoir une perception différente : il est dans l’erreur et l’illusion, il est dans ce qu’on appelle l’enfer, le paradis étant la compréhension que l’autre est littéralement un autre nous-même.

L’amour, c’est justement la réalisation que l’autre est un autre nous-même, et si nous pouvons le considérer ainsi, alors c’est le divin qui à travers nous se vit.

En même temps, chacun possède un niveau de conscience qui peut être différent, d’où des conflits et des guerres.

Oui, nous sommes tous égaux, mais pour des raisons égotique, certains ne l’ont pas encore réalisé.

C’est à ceux qui l’ont compris de le partager, de l’expliquer afin de créer un monde meilleur, et c’est justement l’objet du chemin spirituel d’étendre notre conscience.

Partageons. Partageons nos prises de conscience et nos réalisations,

Partageons afin de renaître dans un monde plus conscient, plus beau, plus juste, plus vrai, plus amoureux.

Kunzang, Septembre 2013

M comme Musique

J’écoute une musique,

Et tous mes corps vibrent.

Je réalise, que toutes les cellules, de tous mes corps,

Que mon âme, vibrent.

Ce sont toutes les cellules de tous les corps qui écoutent cette musique avec moi.

Tout mon corps physique réagit,

Et ce sont tous mes corps qui se guérissent,

Oh My God !

La musique n’est pas juste de la musique,

La musique, c’est avant tout des vibrations, une résonance.

Mettant au diapason toutes les cellules de mes corps,

La musique harmonise, apporte la joie.

La musique génère des émotions, puis des hormones de bien être, de plaisir,

La musique me soigne,

La musique me nourrit.

La musique est beaucoup plus que de la musique.

La musique, c’est moi sous une forme vibratoire.

La musique est un moi-même que je peux copier, diffuser, dupliquer facilement.

La musique est une extension de ce que je suis, compositeur.

Quand j’absorbe la musique, telle une substance, je me nourris de lui, d’elle.

Oh My God !

S’ils savaient, s’ils pouvaient comprendre.

Certaines musiques harmonisent, d’autres déstructurent,

C’est l’énergie du compositeur, qui nous imprègne, qui s’intègre en nous,

Oh My God !

Médicament de l’âme et du corps,

La musique est une des plus belles inventions de l’univers.

Dis-moi ce que tu écoutes, et je te dirai qui tu es, qui tu as été, et qui tu seras.

Au-delà de l’imagination, dans toutes les dimensions,

C’est chaque cellule, microcosme de notre univers,

Qui se nourrit,

De musique.

Kunzang, Septembre 2013

R comme Réalité

La réalité est beaucoup plus belle que nos perceptions,

Au delà de notre imagination,

La réalité, est la.

Au-delà des apparences,

Il y a ce moment,

Où maintenant, nous fondons,

Dans la présence,

De ce que nous sommes,

De ce que nous avons été,

De ce que nous serons.

Soyons présents,

Et découvrons, la magie, le sacré, le mystère,

De ce que nous sommes.

Pouvons-nous réaliser que nous sommes la vie,

Pouvons-nous réaliser la chance que nous avons,

D’être là, ici et maintenant, totalement vivant.

Pouvons-nous réaliser,

Ce miracle ?

Tout est merveilleux.

Tout,

Nous « avons » déjà,

Pouvons-nous le réaliser ?

Nous « sommes » déjà,

Tout.

Kunzang, Septembre 2013

F comme Futur probable, M comme maintenant

A chaque instant, à chaque moment présent, nous sommes toujours au croisement de plusieurs chemins.

Nous créons notre futur à chaque moment : à chaque choix, nous changeons les lignes du temps, nous modifions notre destin. En même temps, à chaque moment, nous avons un destin probable, résultat et conséquence de tous nos choix, résultat de la loi de cause à effet.

Si nous ne touchons plus à rien, si nous nous isolons quelques jours, et si nous laissons la vie agir, nous bénéficions d’un immense élan : celui de la force de toutes les causes passées.

A chaque instant, c’est toutes les causes du passé qui se trouvent présentes : notre conjoint, notre travail, nos enfants éventuels, nos amis, notre lieu de vie, nos rencontres.

Pouvons-nous comprendre et réaliser que là, maintenant, nous sommes à l’exacte position où nous choisissons, où nous agissons : nous sommes au moment précis où tout est encore possible. Nous sommes à la jonction entre le passé et le futur, à la fonction entre les causes du passées et les effets qui seront le résultat de ce que nous choisissons maintenant.

Avant, c’est trop tôt, maintenant, c’est possible, après, c’est trop tard.

Nous avons chacun un futur possible maintenant. Ce futur est celui qui va arriver si nous ne touchons plus à rien, si nous n’agissons plus.

Tous les effets des causes passées continuent à courir.

Mais si nous pouvons stopper les effets de certaines causes, nous n’en subirons plus les conséquences.

Ainsi, nous pouvons arrêter de voir certaines personnes ou groupe de personnes et ne plus partager notre karma avec elles. Aussi, nous pouvons rencontrer de nouvelles personnes et bénéficier de nouveaux karmas. Nous pouvons aussi décider de changer d’activités, de pays, de sociétés. Les karmas sont différents dans chaque pays, dans chaque groupe humain.

Chaque fréquentation, chaque association génère un karma commun, c’est à dire qu’avec la loi de cause à effet, nous allons partager ensemble pour le meilleur et pour le pire ce bout de chemin que nous allons faire ensemble.

Notre futur change à chaque seconde, à chaque fois que nous rencontrons quelqu’un de nouveau, à chaque fois que nous changeons de lieu, que nous quittons quelqu’un, que nous partageons. Une question clé est : comment notre attitude impacte t-elle notre réalité ? Comment nos choix changent-ils notre réalité ? Sommes nous positif, aimant ?

Chaque rencontre, chaque partage est l’occasion de nouvelles prises de conscience qui auront pour effet des changements d’attitudes. Et ce sont ces changements d’attitudes qui génèrent nos destinées. Les autres sont nos maîtres puisqu’ils nous confrontent à leur univers, puisqu’ils nous permettent de choisir. En exprimant ce qu’ils sont, ils nous proposent des attitudes, des univers.

Nous sommes tous des graines de vie, des graines de conscience.

Un chêne restera un chêne, un lapin ne peut vivre qu’une vie de lapin, un chat est un chat.

L’être humain a la possibilité de choisir ce qu’il veut être, de s’expérimenter. L’être humain est une graine qui peut se reprogrammer et évoluer. Dans le cadre de notre espèce, nous pouvons élargir le spectre de nos capacités, de nos potentialités. En fonction de notre environnement, nous allons « pousser » plus ou moins facilement, mais toujours, nous resterons ce que nous sommes. L’éveil, c’est justement de bien comprendre ce que nous sommes, c’est de trouver à l’intérieur notre essence divine.

Et à chaque fois que nous changeons, que nous nous éveillons, à chaque fois que notre conscience s’élève, nous modifions notre graine. Bien sur la graine, c’est l’âme, c’est ce que nous sommes, ce que nous avons compris puis intégré.

Chaque jour, nous apprenons, chaque jour, nous comprenons, chaque jour, la vie nous teste et nous demande : que reçois-tu comme pensées concernant ce chemin ? Sur ce dessein ?

Oui, nous sommes libres,

De nous déprogrammer, d’évoluer,

De changer nos conditionnements,

De comprendre,

De laisser le divin à travers nous se vivre,

De comprendre ce que nous sommes réellement,

Nous sommes libres de choisir nos destins.

Bien plus qu’un simple personnage.

Nous ne sommes pas le personnage,

Nous sommes la conscience infinie qui à travers tous les personnages, se vit,

En même temps.

Ce que nous sommes réellement dépasse l’imagination.

Ce que nous sommes réellement est l’imagination.

Car de la même façon que nous pouvons changer,

Le divin dans toutes ses dimensions,

Ne cesse de s’expérimenter,

De vivre,

A travers,

Nous.

Kunzang, Septembre 2013

D comme Différence

Il n’y a aucune différence entre toi et moi, nous sommes en réalité la même substance, la même âme, nous sommes la même conscience, nous sommes tous la conscience infinie, Dieu.

Il y a deux choses qui crée l’illusion de la différence: notre perspective individuelle qui est construite par notre impression d’être dans notre corps physique, et l’ignorance de nos conditionnements culturels. La conscience que nous sommes perçoit à travers nos sens et nos corps, mais ce que nous sommes est bien plus vaste que cela.

Autrement dit, nous ne pouvons voir et comprendre le monde qu’à travers le prisme de notre perspective individuelle et nos expériences personnelles qui agissent comme des filtres sur la réalité. Nos expériences spirituelles nous permettent de découvrir d’autres dimensions : le sport, le yoga, le chant, les méditations nous connectent à d’autres dimensions. Plus nous nous éveillons, plus nous sortons de l’ignorance, plus nous comprenons que finalement, nous sommes un, qu’il n’y a aucune différence entre toi et moi.

Kunzang Septembre 2013

C comme Chemin

Je suis,

Ton chemin,

Je suis,

Ton destin.

A chaque intersection,

Je te propose,

Une nouvelle,

Direction.

A chaque rencontre,

Je te propose,

Une nouvelle

Dimension.

A chaque nouvel événement,

Je te propose,

Un destin.

Je suis,

Ton chemin.

Écoutes bien,

A chaque nouvelle rencontre,

Tu  apprends

A chaque nouvelle intersection,

Tu choisis,

A chaque nouvelle présence,

Tu t’éveilles.

A chaque nouvelle prise de conscience,

Tu comprends.

Quand tu ris,

Je ris,

Quand tu pleurs,

Je pleurs,

Tu changes,

Et moi,

Je change,

Aussi.

Écoutes bien,

C’est dans l’instant,

C’est dans la présence,

De l’instant,

Que tu peux,

Si tu veux,

Changer,

A chaque instant,

Ton destin.

Je suis,

Ton chemin,

Je suis ton destin.

Écoute bien,

En permanence,

Je m’adapte,

A tous tes désirs,

A tous tes choix.

Je m’adapte,

A toi.

Tu changes d’avis,

Je change,

Aussi.

Qui suis-je  ?

Je suis,

Ton chemin,

Je suis,

Le divin.

Je suis,

Le destin.

Kunzang, Septembre 2013

V comme Voix

Je suis la voix,

Je suis le messager,

Je suis le prophète,

Je suis l’oracle,

Je suis le verbe,

Je suis l’espoir,

Je suis la joie,

Je suis l’amour,

Je suis le phare.

J’éclaire ceux,

qui me voient.

Je suis

Là,

Pour toi.

Je suis,

Toi.

Kunzang, Septembre 2013

%d blogueurs aiment cette page :