J comme ce que Je suis

Je suis.

Vous pouvez toujours me tuer,

Un autre viendra me remplacer.

Vous pouvez toujours tuer cet autre,

Un autre, puis un autre et encore un autre viendra.

Ce que je suis,

Est immortel.

 

A travers ce corps, à travers tous ces corps, une énergie, une conscience,

Se vit.

Et rien, non rien,

Ne peut m’arrêter.

Vous pouvez tuer ce corps, vous pouvez tuer tous mes corps,

 

Mais vous ne pouvez pas tuer ce que je suis,

Ces idées,

Ces pensées,

D’amour infini, de fraternité, de liberté, d’égalité, de justice,

Est,

Ce que je suis.

 

Au-delà de votre imagination, je vis.

Au-delà de votre compréhension, je suis.

Des millions de corps,

Des millions d’âmes,

Sont venus,

Sont partis,

Sont morts

Pour défendre,

Ce que je suis.

 

Combien ont péri

Pour transmettre,

Combien ont disparu,

Pour défendre,

Combien ont écrit,

Et combien, oui combien,

Ont compris ?

Ce que je suis,

 

Ce que je suis,

Est immortel

 

Ce que je suis est incassable,

Ce que je suis

Est insaisissable

 

Comprenez,

Ce que je suis,

Entendez,

Ce que je suis,

Venez voir,

Venez entendre,

Venez toucher,

Venez rencontrer,

Ce que je suis.

 

Au-delà du temps

Au-delà de l’espace,

Au-delà de l’au-delà,

Je suis,

Celui qui est.

Je suis,

Celui qui a été.

Je suis,

Celui qui sera,

 

Au-delà de l’au-delà,

Je suis,

 

Kunzang Novembre 2013

 

V comme Violence

Rien ne peut justifier la violence

Bien sûr l’ego, la personne, trouve tout un tas de justification à la violence.

La violence amène la violence dans un cycle infini de souffrance. La seule façon de l’arrêter est la non-violence, sinon, par le processus karmique, de réincarnation en réincarnation, les évènements se reproduisent.

Kunzang Gyamtso Nov 2013

 

F comme fruit

Nous pouvons évaluer un être de part ce qu’il a réalisé. Avec la loi de cause à effet, la loi karmique, il est très facile de comprendre où en est la personne : qu’a-t-elle réalisée ?

Est-elle heureuse dans son couple ? Heureuse dans son job ?

Heureuse avec ses amis ?

Où en est-elle sur son chemin spirituel ?

Comme disais Jésus : « Par leurs fruits tu sauras ce qu’ils sont », les fruits étant les résultats, les réalisations.

Comme tout est toujours parfait, ce que nous avons réalisé est le résultat de ce que nous sommes, de ce que nous avons à l’intérieur. Les réalisations sont l’expression externe de ce que nous sommes à l’intérieur. Il suffit d’écouter les artistes, de regarder leurs œuvres pour en prendre conscience.

Kunzang Novembre 2013

 

 

P comme Patience

La patience est la qualité permettant d’accepter ce qui est. L’acceptation de ce qui est génère la patience infinie. Le bonheur infini en est la résultante.

Lorsque nous sommes capables de tout accepter, par la compréhension que c’est ou ce n’est pas le bon moment, lorsque nous pouvons comprendre que l’invisible dirige et gère les choses, que ce que nous percevons comme le monde matériel n’est que la partie visible d’un iceberg plus grand, alors la notion de patience n’a même plus d’existence.

Les choses se font ou ne se font pas, simplement parce que c’est le bon moment, parce que c’est juste.

Tandis que le cerveau gauche essaye de forcer les choses, le cerveau droit, sensible, reste dans l’émotion et l’intuition que « c’est » ou que « ce n’est pas » le bon moment.

Dans un état absolu de non attachement, notre âme sait « que ce n’est pas » ou que « c’est » le moment. Il y a un équilibre subtil entre le faire et le laisser faire. Bien sûr, nous pouvons agir, mais nous pouvons aussi agir en conscience, au bon moment, quand l’autre est prêt.

Et plus nous forçons l’autre, plus nous créons des tensions qui ne peuvent que nuire à la relation.

Il y a d’une part le cœur, l’amour qui est, et le mental, le cerveau gauche qui veut.

La véritable question est : qui veut ?

Si le cœur de l’un et de l’autre veulent, alors les choses peuvent se réaliser simplement. Si ce sont les égos qui veulent, des résistances se feront sentir.

Kunzang Novembre 2013

 

R comme Religion

Oui, je suis musulman, car musulman signifie ‘celui qui surrender à Dieu’,

Oui je suis chrétien et je crois en l’énergie christique, car je vis dans l’amour infini de mon prochain,

Oui, je suis hindouiste car j’ai rencontré Brahma, j’ai rencontré Shiva,

Oui, je suis bouddhiste, car j’ai trouvé le bouddha qui est en moi,

Oui, je suis shaman, car j’ai découvert la réalité du monde non ordinaire,

Oui, je suis cela, et en même temps,

Oui, je suis aussi toutes les autres religions car en réalité,

Il n’y a que nous,

Tout le temps,

Je suis vous,

Et vous êtes moi,

Pouvez-vous comprendre,

Que la seule religion

Est l’amour.

 

Je vous aime.

 

Kunzang Gyamtso

E comme Erreur

L’erreur, l’illusion est de croire que nous pouvons changer notre environnement, le monde qui nous entoure.

En réalité, la seule chose que nous pouvons changer, c’est nous.

Si nous parvenons à nous éveiller, à changer ce que nous sommes, alors tout notre entourage se mettra au diapason : de nouvelles personnes arriveront tandis que d’autres s’en iront.

Les personnes qui sont dans notre entourage sont nos maîtres, ils nous enseignent en permanence, il suffit de les regarder, de les écouter, d’être en leur présence : soit nous restons avec eux et nous devenons eux, soit nous partons et cherchons de nouveaux maitres.

L’illusion, c’est de croire que les problèmes sont à l’extérieur de nous, que « c’est de la faute des autres ».

Pas du tout. Tout ce qui nous entoure est la projection de nos choix, le résultat de notre karma, dans cette vie et dans les autres.

La situation dans laquelle nous sommes est très précisément le résultat, la somme de nos décisions.

En nous éveillant, c’est à dire en nous dés-identifiant à l’ego, la fausse personne, nous pouvons accéder à la réalité, et donc voir soit-même et les autres tels qu’ils sont : souvent, des automates conditionnés par leurs traumatismes et souffrances, parfois des bouddhas éveillés.

Leur situation est l’expression de ce qu’ils sont. La même règle s’applique à tous.

Nous voulons changer notre situation ? Il suffit d’évoluer, de grandir, de s’éveiller.

Plus nous nous éveillons, plus de nouvelles prises de conscience surgissent, alors nous intégrons, alors nous changeons, alors, notre environnement finit par évoluer.

Car oui, l’environnement s’adapte à ce que nous sommes, en temps réel. Et nous-même, en fonction de notre niveau de conscience, nous choisissons la présence ou la non présence de telle ou tel personne.

Aussi, nous choisissons les lieux, les activités.

Le monde entier est notre terrain de jeu, nous sommes libres.

Pouvons-nous comprendre à quel point notre degré de liberté est infini : nous pouvons choisir les êtres avec qui nous voulons être, les lieux, les pays, les continents.

Tous les conditionnements voulant nous faire croire que nous sommes français, belge, américain, russe, chinois, tout ceci est une illusion permettant aux « balanciers » (cf transurfing)de nous manipuler, mais si nous sortons de cette illusion, nous nous rendons compte que nous sommes tous frères et sœurs, que tous les dogmes n’ont qu’une seule fonction : diminuer les libertés individuelles, nous manipuler.

L’éveil permet de sortir de nombreuses illusions, et permet aussi de devenir libre : vis à vis des autres personnes, mais aussi vis à vis des balanciers : dogmes, pays, entreprises, conjoint, amis, famille, etc.

Plus notre niveau de conscience augmente, moins nous sommes soumis aux conditionnements sociétaux et aux conditionnements des autres.

Alors, nous pouvons être « nous ». Nous pouvons laisser les archétypes divins vivre à travers nous et exprimer notre plus haut potentiel.

La libération de notre propre ego amène automatiquement la libération des égos des autres. Car finalement, il n’y a plus personnes en nous pour « jouer » au personnage, aussi ce que nous renvoyons est différent.

Cela peut se faire progressivement, ou bien violemment, en fonction de nos prises de conscience.

A ce titre, les autres sont véritablement nos maîtres puisqu’ils sont là pour jouer leur personnage. A nous de le comprendre, à nous d’en prendre conscience.

Comment ?

Simplement en nous des-identifiant à l’ego ?

Comment ?

Simplement en se concentrant sur le cœur, l’amour, en refusant systématiquement le jeu du personnage, en entrant dans la présence.

Si nous décidons d’évoluer, d’augmenter notre niveau de conscience, d’être dans le moment présent, c’est à dire de se centrer sur la présence, les « personnages » perdent toutes substances et perdent de leur force, les égos se révèlent. Alors nous pouvons les dissoudre, s’en des-identifier.

Se changer est facile, il suffit de se positionner du point de vue du cœur, de l’âme, de ce que nous sommes réellement. Aussi, il faut éviter la présence de personnes égotiques qui sont très dans le personnage, sauf si nous sommes prêts à cela.

Car le jeu du personnage, de l’ego est justement de faire souffrir les autres, de façon plus ou moins subtile, de séparer les choses, de façon plus ou moins consciente. Le jeu de l’ego est le jeu de la manipulation, du personnage, de l’intérêt individuel.

Le discernement apparait lorsque nous pouvons équilibrer les fonctions cognitives du cerveau gauche et du cerveau droit.

Sommes-nous heureux de la situation dans laquelle nous sommes ?

Que voulons-nous changer ?

Si nous voulons changer quelque chose qui est à l’extérieur, que dois-je changer à l’intérieur ?

Puis je comprendre que « ce qui ne va pas à l’extérieur », est le reflet de quelque chose qui est à l’intérieur ?

Cela peut être un trauma, une souffrance, une tension, une révolte.

Méditons quelques instants,

Quel est mon ressenti ?

Pourquoi ?

Listons les choses qui ne vont pas dans notre monde extérieur et méditons dessus. Quel est le facteur intérieur qui le génère ?

Méditons.

Souhaitons nous voulons plus d’abondance financière, d’abondance d’amour, de santé ?

Kunzang Novembre 2013

K comme Karma

Le karma, la loi de cause à effet est l’une des principales lois à laquelle nous sommes soumis.

Nous sommes chacun responsable de nos actes. Chaque acte est une cause qui génère automatiquement des effets, d’où l’importance de l’attitude, de l’action juste.

La situation dans laquelle nous sommes est le fruit des multiples effets que nous avons créés, dans cette vie, et dans les autres. (CF les vies parallèles, Cloud Atlas)

Faisons bien attention à être toujours rempli d’amour et de compassion, tout au long de la journée. Chaque instant est générateur d’effets : si nous sommes en colère, nous allons détruire, si nous sommes amoureux, nous allons créer.

Comme nous vivons dans un monde social, nous sommes très souvent entourés de personnes, d’amis, de collègues, de membres de notre famille. Pouvons-nous comprendre que le karma de chacun a une action sur nous ?

Le choix de nos amis, de nos associés est essentiel car le karma se partage.

Si par exemple votre conjoint est toujours négatif ou en colère, il a un impact sur vous. Si vos amis sont positifs, s’ils vous aiment réellement, s’il existe un véritable partage de bons moments, de connaissance, d’expériences, votre vie devient merveilleuse. Si vous êtes entourés d’êtres capables de vous écouter vraiment, de vous comprendre, votre vie devient un paradis.

Si au contraire, vous avez choisi un travail qui ne vous plait pas, avec un patron qui vous crie dessus toute la journée, vous êtes réellement en enfer.

Mais pouvons-nous comprendre que nous sommes véritablement libres ?

Libre d’être ce que nous sommes au fond de nous, de choisir nos amis, notre travail, nos occupations.

Soyons attentif au Karma des personnes qui nous entourent. Nous avons chacun notre chemin de vie, nous sommes chacun en train d’apprendre quelque chose, de passer des tests.

Quelle est la situation des personnes que nous côtoyons, que nous rencontrons ?

Pourquoi sont-ils dans cette situation ?

Sont-ils heureux ? Malheureux ? Quelles sont leurs situations personnelles ?

Comment gèrent-ils leurs relations aux autres ? Quels sont leurs actes ?

Approuvons-nous leurs attitudes, leurs actions ?

Quels sont leurs résultats ?

Attention, nous avons le choix de nous entourer de personnes ayant des karmas positifs ou négatifs.

Le choix de notre environnement est essentiel. Il y a un impact et une solidarité karmique qui s’effectue dès que nous sommes dans un endroit, avec une personne.

Par exemple, si vous êtes amis avec un voleur ou un tueur, il est fort probable que vous partagiez une partie de son karma si des actions sont commises.

Nous sommes responsables du choix des personnes avec qui nous souhaitons passer notre temps, avec qui nous souhaitons agir. Pouvons-nous avoir ce discernement ?

Si nous passons notre temps avec des personnes gentilles qui agissent dans l’amour et le partage, notre propre karma en sera impacté. Bien sûr que les autres ont un effet sur nous ! Si votre femme agresse quelqu’un, vous en subirez aussi les conséquences.

Avez-vous remarqué, lorsque nous sommes avec des personnes positives, dans l’amour et le partage, dans le rire, une énergie spéciale change l’atmosphère, une ambiance, quelque chose se passe. La créativité augmente, l’action juste se produit, une perfection juste se réalise.

Finalement, la vie est très simple lorsqu’on comprend la loi du karma, la loi de cause à effet : tout est parfait et la situation dans laquelle nous sommes est le résultat des causes précédentes.

Il suffit de comprendre la véritable situation de la personne qui est en face de vous pour comprendre instantanément le résultat de sa stratégie, de ses actes précédents.

Nous sommes tous le fruit de notre karma, nous sommes tous le résultat d’un chemin, d’une voie, d’une perspective, d’une stratégie, d’une expérience que le divin vit à travers nous.

Je suis ici et maintenant en train de lire ou d’écrire ce texte parce que la vie, les synchronicités, le hasard qui n’a jamais existé m’a amené à cela.

Tout est parfait au-delà de notre imagination. Pouvons-nous le comprendre ?

Cloud Atlas est un des plus beaux films jamais réalisés sur le sujet. Film d’éveil, film initiatique, il révèle la réalité du monde, de ce que nous sommes, de ce que nous avons été, de ce que nous serons.

Est-ce que vous pensez vraiment être tombé sur ce texte par hasard ?

Pas du tout, il y a eu des causes et des effets, une vibration commune, une attraction, puis ce texte a décidé de se faire lire à travers vous.

Vivant, il souhaite briller et se transmettre. Aussi vivant que vous et moi, ce texte est la cause de nombreux effets, et en même temps, il est la cause d’une prise de conscience.

La roue du karma continue tant que les textes sont lus, tant que des prises de consciences ont lieu, tant que les bouddhas transmettent.

Recevez par ce texte ma bénédiction, que ce texte vous éclaire et vous apporte le bonheur et la réalisation.

Kunzang Gyamtso, octobre 2013

%d blogueurs aiment cette page :