C comme Co-création

Qu’est ce que la co-création ?

Lorsque deux ou plusieurs êtres commencent à vibrer à une certaine fréquence, lorsqu’ils sont en phase, en harmonie, une énergie positive de co-création s’active. Alors des idées apparaissent, des d’intuitions pleuvent, une énergie créatrice se propage.
Le plaisir et l’amour, la passion et l’envie de co-créer ensemble un projet commun grandit.
L’amour est l’énergie, le carburant de toute création. Que ce soit pour un projet artistique, professionnel, scientifique, humanitaire, le moteur est toujours l’amour.
Car l’amour est l’énergie divine, l’expression de la vie elle même.

Le monde : co-création

Le monde : co-création

Pouvons nous ressentir la passion, l’énergie de création ?

Quand nous nous regroupons pour créer, il y a comme une énergie de groupe qui se propage et qui se met en place : c’est comme si le groupe était devenu un seul et même être autonome et indépendant.
De la même façon que notre corps humain contient des cellules, le travail en groupe de deux ou plusieurs personnes crée un nouvel organisme vivant : le projet, l’égrégore.
Que ce soit en couple ou à plusieurs, nous nous mettons alors à vibrer ensemble.
Tel les musiciens d’un orchestre, nous nous synchronisons pour exprimer une idée, une musique, un projet, une œuvre, une mission.
Et lorsque nous, humain comprenons, que travailler ensemble est l’expression de l’amour qui est en nous, alors nous devenons capable des plus belles réalisations.
Car ensemble, c’est la partie divine qui est en nous, le cœur qui s’exprime.
Nous ne sommes que les cellules d’un immense organisme de 7 milliards d‘âmes.
A la fois il n’y a qu’une seule âme universelle qui s’exprime, et a la fois il y a 7 milliards de lumières qui ensemble éclairent le monde.
C’est comme si le soleil s’exprimait à travers 7 milliards de rayons de lumières. A la fois nous sommes tous un, et à la fois, chaque rayon a une fonction.
Et c’est l’émergence de regroupements, de cette fusion collective et lumineuse qui a permis à l’humanité de découvrir toutes les lois de l’univers, toutes les inventions.
Ensemble, nous créons littéralement le monde.
Chaque artiste, chaque découvreur n’est que l’aboutissement et la continuité de ses maîtres. Nous sommes chacun la suite de notre lignée familiale, de notre lignée spirituelle ou scientifique. Tel un arbre, l’humanité, la conscience infinie à travers nous se découvre et se construit.
Et c’est ensemble que nous construisons la société humaine, pas à pas.

Pouvons nous comprendre que nous sommes sacrée ?

Nous sommes tous l’expression du divin. Chacun d’entre nous est une cellule de ce que certain appel Dieu. A la fois nous sommes tous profondément égaux, et à la fois, nous avons chacun une fonction. De la même façon qu’il y a des cellules du foie et des cellules de la peau, il y a des cellules jardiniers, et des cellules menuisiers.
Nous avons besoin de chacune des cellules de l’humanité. Pouvons nous comprendre que nous ne pouvons nous réaliser que dans l’union. C’est ensemble que nous construisons l’humanité, depuis très longtemps, en expérimentant, en cherchant et en trouvant.
Et ce n’est qu’ensemble que nous pouvons faire avancer la science.
Rappelons nous que le web a été inventé au CERN pour aider les chercheurs à partager leurs ressources et à travailler ensemble.
Oui, c’est l’amour qui pousse l’homme à grandir, à s’élever. Tandis que l’égo cherche à cacher, à récupérer pour lui seul à contrôler à diviser, le cœur, l’amour cherche à partager ses connaissances pour le bien de tous.
Progressivement, des systèmes ouvert et « open source » permettent au monde de travailler ensemble différemment. Regardons comment le projet Mozilla a été créer.
les systèmes fermés sont obsolètes car ils empêchent la co-création et la créativités.

De plus en plus, une énergie de partage et de co-création se diffuse, partout. Les groupes qui fonctionnent le mieux sont ceux qui partagent l’information, qui co-crée ensemble dans l’amour et le partage. Ceux qui gardent l’information, qui ne partagent pas freinent la créativité, les synergies.

Nous sommes actuellement les témoins d’un gigantesque changement de paradigme, pouvons nous le voir ?

Les anciens systèmes s’écroulent pendant que les nouveaux, plus ouverts, plus libres apparaissent. Rien ne peut arrêter l’évolution naturelle de la vie qui à chaque instant s’améliore.
Plus nous allons vers le travail collaboratif, vers le partage équitable et juste, plus nous améliorons le système.
Le XXI siècle est le siècle des changements de paradigmes et de l’éveil planétaire dans tous les domaines. C’est une méta-révolution qui a lieu sous nos yeux.
Car les changements de valeurs, l’éveil des populations, invisible, mais pourtant bien présent participe à tous ces changements.
Internet est la plate-forme qui permet à tous d’accéder à l’information, de contacter des êtres rares et de créer des groupes pour co-créer ensemble.
C’est totalement inouï, mais pour la première fois depuis le début de l’humanité, nous pouvons réellement nous connecter les uns les autres, quelque soit les distances.
De la même façon que les neurones se connectent entre eux, nous nous connectons ensemble sur la terre, recréant les mécanismes de la vie, et créant ainsi les conditions permettant la co-création et l’émergence d’un éveil planétaire global.

De la même façon que les neurones se connectent entre eux, nous nous connectons ensemble

De la même façon que les neurones se connectent entre eux, nous nous connectons ensemble

Pouvons nous comprendre que c’est cette interconnexion qui révolutionne le monde moderne ?

Aujourd’hui, si nous vibrons à une certaine fréquence sur internet, nous pouvons attirer et faire résonner tous ceux qui vibrent à la même fréquence. Ainsi dans le monde entier, tous ceux qui s’aiment peuvent s’unir.
Rencontrons nous, partageons l’amour.
Exprimons le divin qui est en nous, et co-créons ensemble.
Ne soyez pas timide, si vous avez des projets, connectez vous au portail Infinite Love, exprimez vous, faites vous connaître, regroupez vous, aimez vous.
Nous sommes là,
Pour vous.

Kundun mai 2013

R comme Réveil

Témoignage : ce matin là, quelque chose s’éveillait.

Ce matin la, quelque chose s'est réveillé

Ce matin la, quelque chose s’éveillait

Ce matin la, après le rêve, avant le réveil, les yeux fermés, je restai là, dans mon lit, silencieux, conscient, en suspend, j’observai : « Quelque chose » était « conscient »

Je voyais mon corps changer de posture, bouger, s’étirer, s’éveiller. Je le contemplai de l’intérieur, amusé.

La pensée « Mais ce corps est très autonome » apparue.
Effectivement, il bougeait, tout seul, il s’étirait. Je restai dans ce moment, entre le rêve et le réveil.

Soudain, une autre pensée apparue :  « Pourquoi, chaque matin, je me réveille dans le corps de Kundun ? »« Qu’est ce qui fait que je me souviens de « qui » j’étais la veille ? »

Faisons une pause, méditons, restons dans cet instant. Dans la paix, respirons profondément.

Si vous aussi, vous vous posez cette question, quelle réponse apparait ?

Prenez un instant, notez la.

En même temps que la question, la réponse apparut spontanément : « Grâce à la mémoire ».

Oui, c’est ça. C’est bien la mémoire qui permet de « recharger » les souvenirs, la personne, les mémoires de ce que nous avons vécu.
Et alors, une prise de conscience étrange et particulière se produit : une dés-identification totale à la personne que j’étais la veille s’effectue.

« Je suis une conscience en train de s’éveiller dans ce corps ». C’est un sentiment très spécial, comme si j’entrai dans ce corps. Comme dans le film Avatar, la conscience s’incarne dans un corps.

Bien sur, c’est un corps qui a vécu une histoire, qui possède une mémoire, un parcourt. Chaque matin, nous retrouvons notre corps, notre personne, notre mental là où nous l’avons laissé la veille.
Il s’avère que la conscience que je suis est en train, et c’est ça finalement le « réveil », de littéralement « prendre possession des lieux ». Je suis la conscience qui s’installe dans ce corps. C’est tout simplement fantastique !

Ce corps est équipée de fonctions sensoriels très chouette : le toucher, l’ouïe, le gout, la vue, l’odorat, et aussi un ordinateur de bord, le mental. Et là, soudainement, je comprends pourquoi il est tout à fait naturel de s’identifier à tout ceci : mais comment faire autrement ?
Il est tout à fait naturel de croire que nous sommes ce corps, ce mental, cette personne car une fois que nous sommes entré dans nos « vêtements », nous avons réellement l’impression d’être eux ! Comment ne pas s’identifier une fois que nous vivons à travers notre corps ?

Et la conscience que je suis comprend que, non seulement je me suis habillé de ce corps, mais qu’aussi, je me suis aussi habillé de tous les autres corps, c’est à dire des 7 milliards d’autres corps humain sur terre.

La sensation est très drôle, c’est comme si j’étais un enfant de 5 ans avec un nouveau jouet. Que c’est drôle de pouvoir piloter ce corps, de pouvoir ressentir, de pouvoir s’incarner pour expérimenter la matière.
C’est merveilleux de pouvoir vivre, de pouvoir expérimenter, d’être. Le moment est magique, c’est si drôle de pouvoir piloter ce nouvel engin !

Et tout à coup, une conscience nouvelle apparaît : « mais je suis aussi en train de vivre à travers les autres ».

Tout à coup, je comprend : « C’est pour cela que je les aime ». « Je les aimes car ils sont moi. »

« Oh my God ! »

Et la conscience que tous les autres sont moi s’accentue. Une réalisation s’effectue.
Forcément, lorsqu’on sait que les autres sont « moi », l’attitude change. En effet, nous comprenons alors qu’il y a quelque chose de « sacré » dans l’autre, dans tous les autres. Non seulement ils sont moi, mais aussi, ils sont beaux, ils sont sacrés car ils sont divins, car je vis à travers eux. En réalité, il n’y a jamais eu  d' »autres » tout ceci n’est qu’une illusion !

Il n’y a jamais eu d’autres, il n’y a que moi, partout.
Et tout à coup, je comprend mon point de vue non duel. Il y à la fois une dés-identification totale au corps, à l’ordinateur du mental, à la fausse personne, mais en même temps il y a une compréhension de la dualité de la personne que je suis en train d’incarner : Kundun.

A la fois, il y a cette posture mentale non duel, ce positionnement « au dessus » de tout, mais de façon simultané, il y a aussi la compréhension de la dualité, et des dualités individuelles, c’est ce que j’appel la « multi-dualité ».
Ce n’est pas simple à formuler : c’est comme s’il y avait la « non dualité », la « dualité », mais aussi la « multi-dualité », c’est-à-dire la compréhension de toutes les autres dualités, le tout en même temps. C’est un peu la prise en compte de toutes les dualités individuelles de chaque personne en même temps. Concept nouveau et inattendue, il y a la quelque chose de nouveau, de jamais lu ni expérimenté par ce corps. Nous entrons en « terra incognita ».

Il y a une dualité dans l’individu, il y a la non dualité dans l’univers de la conscience infinie, et il y a une « multi-dualité », c’est-à-dire la prise en compte de toutes les dualités.
En somme, il y a un point de vue individuel relatif, un point de vue absolu du divin, de non dualité, et aussi un point de vue de multi-dualité qui est la compréhension simultanés de tous les points de vue.

Comme un enfant de 5 ans qui vient de recevoir une voiture pour la première fois, je me retrouve dans cet être, »Kundun ». A la fois je comprend, qu’il y a de nouveau eu la mort de quelque chose (une dualité, une identification au mental et au corps), et à la fois, il y a une renaissance : la renaissance de la conscience, encore une fois, ici et maintenant, qui habite ce corps et ce mental.

Nous sommes la conscience, nous sommes la vie, qui à travers nous tous se vit.
Ce qui est fabuleux, c’est la capacité du cerveau à adopter de nouvelles postures mentale tout à fait différente. Le cerveau est très malléable et s’adapte parfaitement au point de vue non duel, c’est extraordinaire.

En temps réel, je sens mon cerveau gauche comprendre, intégrer et se réadapter pour changer sa posture mental, son point de vue. Cette réalisation s’intègre et c’est comme s’il y avait une réorganisation de la psyché à partir de ce nouveau paradigme : je suis la conscience infinie et tous les êtres humains sont moi, sont nous. Nous sommes littéralement « un ».

Je comprends mieux maintenant pourquoi j’absorbe, comme une éponge l’état vibratoire d’un auteur, d’un livre, d’un film. En réalité, c’est la conscience universelle que nous sommes qui écrit tous les livres, qui a réalisé tous les films. Il n’y à qu’un seul auteur, qu’un seul artiste, qu’un seul génie : la conscience infinie que certains ont appelé « Dieu ».
Plus nous nous libérons de la personne, plus nous nous transformons en caméléon, prenant la couleur de l’univers dans lequel nous évoluons, que ce soit un livre, une musique, un film. Nous devenons « transparent » en quelque sorte, laissant agir la vie à travers nous.
Tout ceci est très logique puisqu’à chaque fois, c’est « nous » qui sommes projetés.

Ce matin la, la conscience s’est réveillée : avant la prise de possession du corps, pendant quelques minutes, la conscience a vue ce qu’elle était réellement. C’est ce qui se passe tous les matins pour chacun d’entre nous en réalité : pendant quelques secondes, nous nous réapproprions notre corps, notre mental, notre véhicule terrestre.

La nuit, la conscience infinie que nous sommes ne peut pas « ne pas être conscient ». Elle s’abandonne à d’autres activités : le rêve. La conscience ne peut pas « ne plus être consciente » d’elle même. Le corps peut dormir, le mental s’arrêter, mais la conscience ne peut qu’être consciente. De la même façon qu’elle n’est ni né, qu’elle ne peut mourir, de la même façon qu’elle est présente partout, tout le temps, la conscience ne peut que « être ».
Nous avons créé cet univers, puis nous nous sommes incarné à l’intérieur de chacune de nos cellules afin de le vivre, afin de l’expérimenter de l’intérieur. Une fois incarné, nous nous identifions à elles, puis, dans ce processus magique et sacré, nous nous oublions. Au delà de l’imagination, la conscience infinie que nous sommes est le génie de tous les génies.

Ce n’est plus la fiction qui dépasse la réalité, mais la réalité qui à dépassé la fiction !

Nous sommes la vie, nous sommes la présence, nous sommes la conscience d’amour infini qui à travers ces corps et ces personnages, se vit.

Il n’y a jamais eu de Kundun, il n’y a qu’une seule âme universelle, qui à travers ces lignes transmet une expérience.

Méditons, entrons dans la présence, et réalisons qu’en réalité, il n’y a qu’un seul être universel.

Pouvons nous comprendre que l’illusion de la personne est la base de toute souffrance et de toute violence ? Pouvons nous comprendre que la réalisation que l’autre est « nous », est la véritable définition de l’amour ?

C’est un amour infini, qui à travers ce texte vous initie, à ce que vous êtes réellement, à ce que je suis, à ce que nous sommes :

« Nous sommes un au-delà de l’imagination,

Nous sommes un au-delà du savoir,

Nous sommes un au-delà de l’au-delà. »

Texte de Kundun Dubaï, Mars 2013

Que sommes-nous ?

Que sommes nous ? Illustration Infinite Love 2012

Que sommes nous ? Illustration Infinite Love 2012

Peut être vous êtes vous déjà demandé qui vous étiez ?

Ou peut être n’avez vous jamais eu le temps de vous poser cette question ?

La réponse à cette question est très simple : pour comprendre ce que nous sommes, il suffit d’éliminer tout ce que nous ne sommes pas. Cette démarche est issue d’enseignements ancestraux de Maîtres éveillés, elle est tout à fait classique, logique, et facile à appréhender.

I) Tout d’abord, vous n’êtes pas votre corps physique.

Notre corps physique est un système autonome. Il est un hôte, un ensemble complexe de systèmes nous permettant de nous incarner dans la matière. Il est une interface entre nous et le monde matériel, cependant nous ne sommes pas uniquement notre corps physique.

Si on prend l’image d’un carrosse, notre corps est le cheval qui mène le carrosse et son cocher. Ce corps est un élément fondamental de notre incarnation, il nous permet d’effectuer tout un tas de chose qui vont de manger à bouger, faire du sport, nous reproduire, avoir tout un tas de sensations et d’expériences.

Le corps est l’interface entre ce que nous sommes et cet univers matériel. Mais ce n’est pas lui qui décide. Nous vivons en symbiose avec lui, comme les zooxanthelles vivent avec les coraux durs.

Ce corps physique a de nombreux besoins, de nombreuses attentes. Il est autonome et cherche lui aussi à survivre, comme tout organisme dans l’univers. Ses besoins fondamentaux sont de se nourrir, de garder son intégrité, de bouger, de se reproduire, d’expérimenter via nos sens.

Notre corps est notre meilleur ami, il était là à notre premier souffle, lors de notre naissance. Il sera là à notre mort, lors du dernier. Quand il a un problème, lorsqu’il est stressé, qu’il a mal quelque part, il communique avec nous, par la douleur et aussi par les maladies.

Pour cette raison, il est très important de respecter ses besoins, et de l’écouter. C’est tout le travail du sport, du yoga, de la danse, du massage, des méthodes d’écoutes du corps.

Dans des cas extrêmes, il peut arriver que le corps soit totalement déconnecté de ce que nous sommes, c’est ce qu’on appel alors, le coma. Il n’y a plus alors qu’un corps, déconnecté, qui ne peut plus rien faire.

Dans notre société moderne, trop de personne ont cessé d’écouter leurs corps, c’est une véritable épidémie. Plus on est à l’écoute et en phase avec son corps, plus son corps est heureux, plus on peut facilement travailler sur d’autres plans, à savoir le mental et l’esprit.

L’écoute et le respect du corps est la base d’un travail spirituel. En effet, comment faire le vide dans son mental si on a mal au dos, comment effectuer un travail spirituel si notre corps est dans un état de stress ? C’est pour cette raison qu’en Orient, quand on veut effectuer un travail spirituel, on commence par le Yoga.

L’harmonie avec son corps est fondamentale.

Plusieurs poèmes concernant le corps ont été créé suite à des méditations, les voici :

II) Vous n’êtes pas votre mental, vous n’êtes pas vos pensées.

A la naissance, notre cerveau gauche arrive de façon totalement vierge, comme un ordinateur neuf.

Il n’y a ni mémoire, ni programmation mentale.

Progressivement, avec l’éducation, l’expérience, nous allons apprendre, nous allons » nous programmer ». Nous allons aussi être programmé par les parents, les amis, l’école, les médias, la société en général.

Nous avons tous déjà vu des enfants laisser tomber une balle de façon répétitive vers le sol.

De cette façon, nous apprenons, nous programmons notre cerveau, notre mental, à comprendre le monde matériel dans lequel nous évoluons. Nous essayons et comprenons les lois de l’univers, à savoir dans cet exemple, la gravité.

On peut très bien imaginer un univers sans gravité, si on prend par exemple un enfant qui serait né dans un vaisseau spatial sans gravité. Toutes ces règles, toutes ces expériences, modélisent notre mental, notre façon de comprendre le monde.

C’est par le prisme de ces expériences que nous voyons le monde. Une fois que l’on comprend que le ballon va tomber dans 99% des cas, on ne refait plus l’expérience, c’est inutile.

Mais cette programmation s’effectue aussi d’un point de vue psychologique. L’ensemble de nos comportements, conscients et inconscients sont issues de cette programmation. Les parents, l’école, les amis ont forgés cette programmation. C’est ce qui a créé nos valeurs, notre façon de nous comporter, et c’est aussi ce qui génère notre façon actuelle d’agir et de décider. Nous sommes tous le résultat d’une culture, de millions d’années d’évolution, pas seulement d’un point de vue biologique, mais aussi d’un point de vue sociétal et culturel.

poème 7 milliards de robots

Nous ne sommes pas nos pensées :

démonstration : L’allégorie du chien

Imaginez vous dans la rue, vous marchez, et vous voyez un homme avec son chien.

Il le tient avec une laisse, le chien est devant, il tire très fort, va à droite, va à gauche. Son chien aboie tout le temps, il essaye de mordre les passants mais aussi les autres chats et chiens.

En fait, il est tout à fait intenable, c’est lui qui promène le maître en réalité. C’est un gros chien très musclé, surpuissant, il fait au moins un mètre en taille. Il tire, et il tire. Il s’arrête quand il veut, et oblige le maître à aller dans certaines directions, il coure après une chienne qui passe, il renifle tous les poteaux, il pisse partout. Il est intenable ce chien, et pas du tout dressé.

Et sur l’autre trottoir, il y a un autre homme, qui promène lui aussi un chien.

Mais celui si est tout gentil, doux, il n’a même pas de laisse ! Le maître marche devant le chien lentement. Le chien est en arrière, il s’arrête quand le maître s’arrête, il repart quand le maître repart. C’est un tout petit chien, super dressé. Le maître n’a qu’à froncer les sourcils pour que le chien s’arrête immédiatement. C’est incroyable de voir le contraste avec l’autre homme, sur l’autre trottoir.

Ce petit chien est très bien dressé, il fait tout ce que demande le maître, c’est bien le maître qui décide. Ce chien est à l’écoute du maître, il respecte son maître.

Eh bien, cette histoire est une analogie pour vous faire comprendre que le chien, c’est votre mental. Vos pensées, votre mental, sont comme un chien, vous pouvez les laissez faire, ou bien en prendre le contrôle. Ainsi vous pourrez contrôler votre destinée, vous deviendrez libre !

Vous n’êtes pas votre chien ! Vous n’êtes pas vos pensées, vous n’êtes pas votre mental !

La preuve ? Tout simplement, vous pouvez regarder vos pensées passer. Si vous pouvez les regarder passer, sans en tenir compte, cela montre bien qu’elles ne sont pas ce que vous êtes. Avez-vous déjà essayé de vous regarder marcher dans la rue ?

Bien entendu, vous pouvez aussi ne pas prendre en compte certaines pensées qui vous dérangent, vous êtes libre de choisir vos pensées !

Autre exemple : Dîner au restaurant

Ce soir, vous avez décidé de dîner au restaurant : Une première idée vous vient.

« Allons au restaurant Indien », puis une autre « allons au restaurant Chinois », puis encore une autre, « allons au restaurant Français », et pourquoi pas au restaurant « Italien ». Finalement, le restaurant « Thaïlandais » est pas mal.
Toutes ces idées, toutes ces pensées, vous serez d’accord avec moi pour dire qu’elles ne sont pas vous. Vous, vous êtes celui ou celle qui va décider du choix du restaurant.

Vous n’êtes pas vos pensées ! Des pensées viennent à vous, vous pouvez les écouter, les laisser passer. Mais VOUS décidez dans quel restaurant vous souhaitez aller manger.

Par conséquent, vous comprenez facilement que vous n’êtes pas vos pensées.

Par contre, on peut dire que des pensées passent dans votre tête (ce qui n’est déjà pas si mal !).

Définition de l’Ego :

La définition de l’égo dans cet article et pour Infinite Love est : la somme de toutes nos programmations mentales. Il ne s’agit pas là de la définition habituelle, mais de la définition « technique ».

L’égo est une construction, une programmation du mentale permettant de se défendre et de survivre dans cet univers. Il n’a aucune connotation négative ou positive. On parlera plus tard d’égo positif et d’égo négatif. L’Ego est la construction du « soi » vu par le mental. Pour le mental, l’Ego est le « soi ».

Dès qu’on comprend qu’on n’est ni nos pensées, ni notre mental, on comprend que l’Ego n’est qu’une construction, une programmation. Par chance, il est tout à fait possible de le reprogrammer. Ce qui a été programmé peut être déprogrammé.

Depuis des millénaires, les grands maîtres Indien, Tibétain ont expliqué que nous n’étions ni notre corps physique, ni notre mental. Bouddha, Jésus, Saint Augustin, Osho, Sri Aurobindo, Joshua Living Stone, Muktananda, Ramana Maharshi, etc (mettre lien vers les références).

Cette connaissance est très connue et n’est pas une révélation extraordinaire, tout ceci est très documenté. (cf lien références) Par contre, si vous recevez cette information pour la première fois, cela peut vraiment changer votre vie, cela peut vous rendre LIBRE.

Car une fois qu’on a intégré ce concept et qu’on le maîtrise, on devient réellement libre.

Voici un poème sur le sujet : 7 milliards de Robots.

L’étape suivante va consister à prendre du recul sur ses pensées, de laisser passer toutes les pensées parasites qui ne vous intéressent pas. Une fois que vous serez entraîné à cela, et vous pouvez vous y entraîner à chaque moment de la journée, vous pourrez alors vous « reprogrammer » de façon à augmenter vos choix, votre liberté. Vous augmenterez ainsi votre niveau de conscience dans les domaines qui vous correspondent.

Si ce concept est nouveau pour vous, relisez cet article plusieurs fois, et lisez d’autres livres sur ce sujet.

En général, il faut quelques mois de travail pour vraiment comprendre et maîtriser ces nouveaux concepts. Si vous étiez déjà familiarisé, ce sera plus rapide et plus facile.

Alors me direz-vous, comment expérimenter ce savoir afin qu’il se transforme en connaissance ? Comment redevenir libre et ne plus se laisser contrôler par ses pensées.

C’est très simple, continuez à lire tous les poèmes et textes du site Infinite Love, chaque lecture devrait faire progresser votre conscience ! Si vous pensez que certains articles ne sont pas suffisamment « justes » ou précis, écrivez nous !

Kundun, Paris 09/01/2012

%d blogueurs aiment cette page :